/regional/montreal/laurentides

Une digue temporaire pour limiter les dégâts à Deux-Montagnes

TVA Nouvelles

La digue temporaire érigée au cours des deux derniers jours à Deux-Montagnes, dans les Laurentides, semble fonctionner.

À LIRE ÉGALEMENT

Des centaines de nouveaux militaires déployés dès samedi soir

La pluie des prochaines heures ne fera pas de cadeaux aux riverains

La liste des cours d'eau sous surveillance

Outaouais: une automobiliste perd la vie dans un affaissement de la route

Risque élevé d’inondation en Beauce et dans Portneuf

Situation «catastrophique» à Rigaud

L'armée en renfort, les premières inondations majeures dimanche

Il achète une barrière de 43 000$ pour protéger sa maison des inondations

Le barrage, long de 300 mètres, a été construit avec près de 3000 blocs de béton.

Il devrait réussir à sauver les maisons et les biens des résidents des secteurs les plus à risque.

«Le travail de préparation est assez impressionnant ici», a fait savoir la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors de son passage dans la municipalité samedi.

«Plusieurs municipalités s'organisent, se mobilisent, font ce travail très énergique, très adéquat de préparation en vue des sinistres qui sont attendus au cours des prochaines heures, des prochains jours. Deux-Montagnes est un très bel exemple de ville qui s'est bien organisée.»

Il faut se rappeler que Deux-Montagnes avait été une des villes du Québec les plus durement touchées par les inondations de 2017.

1500 résidences à risque à Laval

Du côté de Laval, les activités se sont poursuivies toute la journée de samedi.

Ce sont près de 2000 sacs de sable qui ont été distribués aux 1500 résidences qui ont été ciblées à risque d'être inondées.

«La Ville procède à la livraison des sacs de sable, mais le citoyen est responsable de monter sa digue de sable», a expliqué la responsable de la Sécurité civile de Laval, Sandra Desmeules.

«Parce que nous parcourons les rues, les districts et nous nous rendons compte que les sacs de sable sont encore sur place sur le terrain.»