/news/society

Environnement Canada sur un pied d’alerte jusqu'à la fin du mois

Francis Pilon | Agence QMI

Inondations à Sainte-Marie le dim. 21 avril 2019

Dominique Lelièvre

Le soleil avait beau briller dimanche matin à Montréal, Environnement Canada demeurait en état d’alerte pour les risques d'inondations, plusieurs épisodes de pluie étant attendus dans la métropole et ses alentours jusqu’à la fin du mois.

Depuis samedi matin, des Montréalais se préparent à faire face à de nouvelles crues. Les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro et d’Ahuntsic-Cartierville, ainsi que l’île Bizard sont les secteurs les plus à risque, mais demeuraient relativement épargnés par les eaux dimanche.

Au Québec, la sécurité civile dénombrait plus de 1200 maisons inondées et plus de 1400 personnes évacuées, dans 38 municipalités, principalement en Beauce et à Rigaud.

«On ne peut pas comparer avec les crues de 2017 pour l’instant. Jusqu’à la fin du mois d’avril, on va tout de même avoir un temps frais avec plusieurs systèmes de pluie. On prévoit de petites quantités et, souvent, ça sera un printemps très pluvieux», a prévenu dimanche Marie-Ève Giguère, météorologue à Environnement Canada.

«Il y aura de la pluie mercredi, vendredi et samedi encore. Tout ça vient vite. Il faudra surveiller comment les rivières et les cours d’eau répondent à ça. On reste sur un pied d’alerte jusqu’à la fin du mois. Avec la pluie et la fonte des neiges qui continuent, la température est difficile à prévoir», a-t-elle ajouté.

Selon Mme Giguère, près de 50 mm de pluie sont tombés sur la métropole de jeudi à samedi dernier. Les averses recommenceront seulement dans la nuit de mardi à mercredi prochain.

Revégétaliser les rives

Danielle Pilette, professeure associée au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, critique le manque de prévention dans ce dossier au Québec.

«On est toujours en réaction, malgré les événements de 2017, et non dans la prévention. Les inondations sont récurrentes, surtout en Beauce et même dans la région de Québec; il faudrait qu’on pense à construite des embâcles à l’avance, par exemple, et à mieux contrôler les gens qui reconstruisent dans les zones inondables», a expliqué Mme Pilette.

D’après l’experte, pour éviter les inondations à l’avenir, le gouvernement devrait surtout investir dans la revégétalisation des rives.

«Il faut planter de la végétation qui va retenir l’eau et qui va venir renforcer les rives en milieu urbain. C’est une barrière efficace et naturelle. Ce sont des solutions surtout pour Montréal et Québec. On a enlevé la végétation pour urbaniser. Maintenant, il faut la remettre pour nous protéger des crues», estime l'experte.

Dans la même catégorie