/regional/montreal/monteregie

«Le pire est encore à venir» à Rigaud

La situation est toujours critique à Rigaud, en Montérégie, où l’eau continue de monter et le «pire est encore à venir», selon directeur du Services des incendies, Daniel Boyer.

À LIRE ÉGALEMENT

Près de 1000 résidences inondées

La relocalisation pourrait être la seule solution

La Croix-Rouge lance un fonds de secours pour les inondations du Québec

Un incendie éteint grâce à l’eau des inondations

Des citoyens peinent à croire ce qu'ils voient

«On a démonté les armoires de cuisine»

«On maintient que le plus gros coup d’eau devrait arriver entre lundi et mardi possiblement, donc le pire est à venir encore», a-t-il affirmé en entrevue.

Les premiers militaires sont par ailleurs arrivés dans les zones inondées de la ville avec des véhicules blindées dimanche après-midi.

Ils sont présents pour porter assistance aux gens qui sont coincés chez eux.

Le bilan en matinée

-25 résidences inondées

-Une centaine de résidences touchées

-50 résidences isolées

-76 familles se sont présentées au centre d’aide aux sinistrés

-21 familles bénéficient des services d’aide à la relocalisation

-6 voies publiques complètement submergées

-20 voies publiques qui sont partiellement submergées

-Débit au barrage de Carillon: entre 7900 et 8165 m3

 

«Évacuez»

Daniel Boyer demande aux résidents de Rigaud d’arrêter de se battre contre les éléments et d’évacuer leur demeure.

«Évacuez, je pense que c’est la plus belle chose à faire parce qu’à chaque matin on voit que la rivière prend le dessus et l’eau va gagner sur nos citoyens malheureusement».

La ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann doit se rendre à Rigaud à 13h pour faire le point avec les autorités.

Tous les yeux tournés vers le barrage

À environ 10 kilomètres de Rigaud, le barrage Carillon fonctionne à plein régime. Il déverse actuellement 7500 mètres cubes d’eau à la seconde. Bien que ce chiffre soit en-dessous des inondations de 2017, on s’attend à ce qu’il grimpe dans la journée.

Il est possible qu’Hydro-Québec doive ouvrir d’autres vannes du barrage dans le but de préserver l’infrastructure.

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Maxence Huard-Lefebvre, précise que le barrage peut ralentir un peu le débit de l’eau, mais pas la retenir dans un réservoir. «Quand le débit de l’eau est très important, on est obligé d’ouvrir les vannes», précise-t-il.

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.