/news/culture

Un musée d'Iron Maiden à la maison

Cédric Bélanger | Journal de Montréal

Si jamais les gars d’Iron Maiden souhaitent un jour créer un musée à leur gloire, Michel Nadeau, un passionné du groupe comme il s’en fait peu, pourra sûrement leur fournir quelques artefacts.

Comme bien des fanatiques d’un artiste, ce résident de Québec collectionne les produits dérivés à l’effigie de ses favoris.

Sauf que dans son cas, ça ne se limite pas à la discographie complète, des chandails de tournée et quelques posters. Du stock, Michel Nadeau en a comme ce n’est pas possible. Impossible de mettre un montant précis, mais on parle de dizaines et de dizaines de milliers de dollars.

«C’est un peu excessif», admet-il.

Au moins 2000 objets

Excessif, vous dites? Pour les besoins de sa rencontre avec Le Journal, il avait vidé l’entrepôt sécurisé où il entasse sa collection et avait étalé le tout chez lui.

Sur un sofa, trois piles de chandails d’un mètre de haut chacune, des guitares et basses autographiées, une batterie, des masques et figurines de la mascotte Eddie, des livres souvenirs, des bouteilles de bière, des tasses, un nombre incalculable de photos, des éditions rares de certains albums et bien d’autres. Un vrai musée!

Combien d’objets possède-t-il ? «Au moins 2000. On a arrêté de faire l’inventaire en 2012», dit Mme Thibault, pendant que M. Nadeau exhibe un prototype d’un masque d’Eddie dont il possède un des quatre exemplaires disponibles dans le monde.

Heureusement pour Michel Nadeau, il partage sa passion pour Iron Maiden avec sa femme et sa fille adolescente Noémie. «Je suis née là-dedans», lance à la blague cette dernière.

Les vacances des Nadeau-Thibault sont donc rythmées par l’horaire des tournées du groupe. Et quand Iron Maiden n’est pas en tournée?

«On va quelque part en lien avec Maiden, répond M. Nadeau. Quand je suis allé voir Black Sabbath avec un ami à Londres, on s’est rendus au Cart & Horses, le pub où Iron Maiden a commencé sa carrière.»

Au gré des voyages et des passages du groupe à Québec, Michel et sa famille ont souvent pu rencontrer les musiciens et faire des photos. Cependant, certaines sont floues parce que la main de Nathalie tremblait, aime rappeler son conjoint.

«À chaque fois, je suis dans l’émotion», avoue-t-elle.

Fan depuis 1983

-Vu 132 fois dans cinq pays (Canada, États-Unis, Angleterre, France, Allemagne)

-À venir : sept concerts de la tournée Legacy of the Beast, dont ceux au Centre Bell de Montréal, le 5 août, et au Centre Vidéotron de Québec, le 7 août

-Il a dit : «Avant l’annonce de chaque nouvelle tournée, le stress embarque et je promets d’être raisonnable. Sauf que lorsque les billets sont mis en vente, je me dis que tant qu’à être là, on pourrait aller là aussi.»