/news/society

Inondations : près de 3000 résidences touchées au Québec

Agence QMI

Le nombre de maisons inondées a continué de progresser tout au long de la journée, lundi, pour atteindre tout près de 3000 résidences touchées en fin de journée.

À 18 h30, le ministère de la Sécurité publique dénombrait 2927 résidences inondées à l’échelle de la province, dont 1863 uniquement dans la région de Chaudière-Appalaches. Environ 1339 personnes ont également été évacuées un peu partout au Québec.

En matinée, le ministère dénombrait moins de résidences inondées, soit 2379, mais un peu grand nombre d'évacuations, soit plus de 1500.

L'évolution des données de lundi démontre que la situation va en s'améliorant du côté de la Beauce, où plus de 2000 résidences étaient inondées en début de journée, mais qu'elle se détériore ailleurs dans la province, notamment dans la région métropolitaine.

«Présentement, la rivière [Chaudière] est à la baisse», s’était d'ailleurs réjoui le porte-parole de la Sécurité publique, Éric Houde, sur les ondes de LCN, lundi matin.

«Il y a une baisse significative qui est intéressante pour les citoyens et qui s’est amorcée [dimanche]. [...] Les pires niveaux ont été atteints et on s’en va vers une baisse du cours d’eau», avait-il ajouté.

Ce n’était cependant le cas pour la municipalité de Rigaud, en Montérégie, où la crue des eaux devrait être à son plus fort mercredi, en raison de précipitations et de la fonte des neiges dans le nord de l’Outaouais.

«Ça continue de monter [à Rigaud]. Les autorités municipales sont très bien préparées et les citoyens aussi», a indiqué M. Houde.

En Outaouais, «il y a une hausse encore», mais on ne devrait pas atteindre l’intensité des débits du printemps 2017, a-t-il ajouté.

Quant au lac Saint-Pierre, entre Sorel-Tracy et Trois-Rivières, «on a déjà dépassé les niveaux de 2017», a fait remarquer le porte-parole de la Sécurité publique.

Par contre, peu importe la région, «la différence avec 2017, c’est le niveau de préparation des municipalités, des citoyens», a expliqué M. Houde.