/news/currentevents

Un cabinet d’avocats visé par un incendiaire

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

Un cabinet d’avocats a été la cible d’un des trois incendies criminels qui se sont déclarés à proximité, dans la nuit de dimanche à lundi, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

«Même avec peu d’informations, on peut établir que ces feux seraient reliés», a évalué Jérémie Levesque, porte-parole du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu.

En l’espace de 1h30, trois appels ont été faits concernant des incendies. Les brasiers se trouvaient à l’intérieur de 1,7 km de marche. On ne sait pas dans quel ordre les brasiers ont été allumés.

Bâtisse centenaire

Des flammes ont pris vie sur la rallonge arrière d’une bâtisse centenaire de la rue Longueuil, face au palais de justice. Il s’agit du cabinet d’avocats Daneau, Poirier, spécialisé en matières civiles et familiales.

Les dommages à la rallonge derrière le bâtiment.

Celles-ci n’ont laissé que suie et ruines encore fumantes en fin d’avant-midi, lundi. La majeure partie en brique a toutefois été épargnée.

Puis, sur la rue Foch, à quelques pas de là, un garage résidentiel sans branchement électrique et rempli de vieux bois a flambé «à huit pieds dans les airs», selon Daniel Binette, témoin de la scène.

«C’est sûr que c’est criminel. Ç’aurait pu être grave pour les bâtiments autour», a estimé l’homme en visite chez sa famille.

«Un bac de recyclage a été collé sur le garage et le feu a été mis dedans», a relaté Robert Bessette, propriétaire de l’immeuble commercial et résidentiel.

Semi-remorque à l’abandon

Un troisième feu a surgi d’une semi-remorque située dans la cour de l’entreprise Carpettes Lanart, sur la rue Saint-Louis. La boîte entreposait de vieux matériaux depuis des années.

«On n’a remercié personne qui pourrait nous en vouloir à ce point», a mentionné Ève Lapointe, responsable des ressources humaines chez Lanart.

Les trois feux n’ont fait aucun blessé. Une vague d’incendies criminels frappe Saint-Jean-sur-Richelieu depuis deux ans.

Selon la police, il est trop tôt pour relier les récents événements aux précédents.

En janvier, 10 000 $ ont été offerts à quiconque permettrait d’arrêter le présumé auteur d’au moins huit incendies durant cette période.

- avec l’Agence QMI