/regional/quebec/chaudiereappalaches

En Beauce, «les zones inondables, c'est terminé»

Catherine Bouchard | Journal de Québec

L’heure est au constat des dégâts pour plusieurs sinistrés en Beauce qui regagnent tranquillement leur résidence, ce mardi. Ils sont nombreux à avoir pris la même décision; les zones inondables, c’est terminé.

La municipalité présentait un bien triste spectacle, mardi matin, alors que de nombreux sinistrés, le visage long, s’adonnaient, tant bien que mal, au nettoyage. Il n’y avait pas grand bruit, outre celui des pompes qui repoussaient l’eau des sous-sols de maisons.

À LIRE ÉGALEMENT

Du jamais vu, selon le député de Beauce-Sud

Des conteneurs ont été installés pour y déposer les déchets et les pertes. Les citoyens s’y rendaient brouettes et coffres de voitures bien remplis. Les riverains ont l’habitude des inondations, mais celle-ci est définitivement la goutte qui fait déborder le vase de nombreux Beaucerons.

«Les zones inondables, c’est terminé. Je m’en vais en montagne», lance Alain Robert.

L’homme est parvenu à sauver ses vêtements, mais il a perdu la majorité du reste de ses biens.

«Je me dépêche de prendre ce que je peux, car cet après-midi, c’est possible que je ne puisse plus accéder à mon appartement», poursuit-il.

C’est que l’immeuble voisin de celui qu’il habitait a été soulevé par l’eau. Celui-ci est condamné et il y a un périmètre de sécurité autour. «Les autorités ont dit que je ne serai peut-être pas en mesure d’y retourner», indique M. Robert.

Un peu plus loin, Luce Faucher est aussi à constater les dommages de sa résidence. «Tout est brisé, tout est à jeter. On démolit et on attend, laisse-t-elle tomber. Si le gouvernement est généreux, c’est certain que nous partons», tranche-t-elle.

Tous les sinistrés qui ont été rencontrés par le Journal n’en étaient pas à leur première inondation, mais celle-là «on ne l’a pas vu venir», ont-ils été plusieurs à dire.

Le maire de Saint-Marie, Gaétan Vachon, admet qu’il s’agit d’un moment difficile, après la dose d’adrénaline des derniers jours.

«C’est la période émotive, les gens commencent à revenir, on constate plus les dégâts et faut vivre avec. Ça, c’est la période triste», lance-t-il.

Malgré la réintégration progressive, le niveau de l’eau qui redescend et la menace d’inondation plus faible, le maire se dit quand même inquiet.

«On ne connaît pas encore l’étendue des dégâts et ça, ça nous inquiète», observe-t-il.

Il indique que plusieurs résidences sinistrées n’ont plus de courant, ce qui prive plusieurs citoyens de leur pompe. «C’est ce qui m’inquiète, car dès qu’Hydro a été obligée de couper l’électricité, pour des raisons de sécurité, les gens qui sauvaient les meubles de peur, bien là, ils ont perdu le contrôle», explique le maire.

L’armée est toujours présente. Ils sont près de 100 militaires à faire du porte-à-porte et s’assurer que tout le monde a ce dont il a besoin. Une douzaine de rues sont encore inondées.

Par ailleurs, les autres municipalités sinistrées en Beauce se remettent tranquillement des inondations des derniers jours, alors que le niveau de l’eau diminue et que les rues redeviennent accessibles.

Selon le bilan provincial d’Urgence Québec mardi matin, ce sont 1863 maisons qui sont inondées et 867 citoyens qui sont évacués pour la région de Chaudière-Appalaches.

Dans la même catégorie