/news/society

La montée des eaux se fait de plus en plus menaçante

TVA Nouvelles

Sinistrés et évacués depuis le weekend pour certains, sur le qui-vive équipés de sacs de sable autour de leurs propriétés pour d’autres, la montée des eaux se fait de plus en plus menaçante pour ces propriétaires riverains.

Pierre Corbin, directeur des opérations d’Hydro Météo, anticipe que la crue des eaux est loin d’être terminée, que le pire est à venir.

«Surtout sur les plus grands axes soit le fleuve Saint-Laurent, la rivière des Outaouais, des Prairies et des Mille-Îles, la crue va durer longtemps», informe M. Corbin.

Selon le dernier bilan d’Urgence Québec, 2499 résidences sont inondées, 2177 résidences sont isolées et 972 résidents évacués, mais les données varient beaucoup de région en région.

À LIRE AUSSI

Plusieurs routes fermées à cause des inondations

La liste des cours d'eau sous surveillance

Moisissures: comment éviter le pire après une inondation

Une animation pour comprendre les inondations

À bord d'une embarcation de la SQ

Les cartes des zones inondables remises à jour

Le débordement des cours d’eau est une «question de timing», selon ce dernier et la pluie n’aidera en rien les rivières, les lacs et le fleuve à demeurer dans leur lit.

«La crue printanière suivie par une alternance de fonte et de précipitations pourrait se poursuivre encore une semaine.»

Débit à la hausse à Carillon

La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais a revu mercredi à la hausse ses prévisions en ce qui concerne le débit d’eau au barrage de Carillon, dont sont tributaires les riverains en aval du cours d'eau dans les secteurs de la Montérégie et de la grande région de Montréal.

Le débit actuel est de 7950 m3/s, mais devrait atteindre 8150 m3/s d’ici la fin de journée. On s’attend à ce que ce chiffre passe à 8400 m3/s jeudi pour atteindre 8700 m3/s samedi, tout près de la pointe historique de 8800 m3/s atteinte en 2017.

À Rigaud, des maisons isolées

En plus des résidences inondées, un quartier d’environ 250 maisons se retrouve désormais complètement isolé à Rigaud, puisque le seul chemin permettant d’y accéder a été détruit par l’érosion.

Les autorités indiquent qu’une cinquantaine de familles de ce quartier se trouvent encore à l’intérieur de leur domicile.

«À l’intérieur, on dit que c’est une île, donc ces gens-là, il y en a qui ne sont même pas inondés, explique M. Boyer. C’est ça qu’il faut comprendre. C’est business as usual chez eux.»

Aucun ordre d’évacuation n’a été donné pour ces citoyens, mais la Ville les incite tout de même à quitter leur maison. Même si l’électricité n’a pas encore été coupée dans le quartier, la situation pourrait devenir problématique pour les résidents si une urgence devait survenir.

Dans l’ensemble de la ville de Rigaud, le plus récent bilan d'Urgence-Québec faisait état de 25 résidences inondées et de 76 familles touchées.

Gatineau: «C’est la pluie et la chaleur qui nous menace»

À Gatineau, où le premier ministre Justin Trudeau s'est rendu mercredi, la pluie et la fonte des neiges font toujours craindre une augmentation du niveau des cours d’eau.

«L’eau continue de monter et avec la pluie qu’on a présentement et qu’on nous annonce dans les jours à venir, ce ne sont pas des bonnes nouvelles», a affirmé le maire Maxime Pedneaud-Jobin en entrevue sur les ondes de LCN.

Pour le moment, quelque 480 personnes sont inscrites au registre des sinistrés de la Ville. Plusieurs d'entre elles ont été prises en charge par la Croix-Rouge et sont hébergées à l’hôtel.

«On n’est pas sortis du bois, mais ça se passe beaucoup mieux que ce qu’on prévoyait il y a quelques jours», a ajouté le maire de Gatineau.

Les autorités gatinoises s'attendent à ce que le niveau de l'eau de la rivière des Outaouais poursuive sa crue jusqu'à samedi ou dimanche, quand le pire devrait être atteint.

L’armée en renfort aux abords du lac Saint-Pierre

Dans la région de Nicolet, on s’inquiète de la hausse du niveau du lac Saint-Pierre qui est passé à 3,72-73 m depuis mardi matin, une augmentation de 3 ou 5 cm en fonction des secteurs.

On prévoit une hausse allant jusqu’à 3,84 m d’ici demain. Le niveau d’eau est déjà plus de 20 cm au-dessus de celui des inondations de 2017.

Les citoyens de Nicolet sont évidemment sur le qui-vive. Plusieurs ont toutefois été pris de court par la montée des eaux.

«L’inquiétude a monté d’un cran [...] On a les gens qui n’avaient pas mis de sacs qui s’inquiètent et ceux qui en ont mis voudraient en remettre. Avec la quantité de demandes qu’on a eues, on a choisis de faire appel à l’armée», a expliqué Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet.

Dans son dernier bilan, la Ville de Trois-Rivières informe qu'une centaine de résidences sont isolées par l'eau sur son territoire.

 

Laurentides

La municipalité de Saint-André-d’Argenteuil est l’une des plus touchées dans la région des Laurentides. Une portion de la municipalité, qui se trouve entre la rivière du Nord et la rivière des Outaouais, est submergée par les eaux.

Dans les Laurentides, 747 résidences sont inondées et 515 isolées. À Saint-André-d’Argenteuil seulement, on parle de 167 maisons inondées et le niveau de l'eau pourrait grimper d'encore 10 cm dans la région.

Plusieurs citoyens refusent d’évacuer afin de protéger leur domicile. L’armée est sur place pour soutenir les sinistrés.

À Mirabel, la route 158 qui passe dans la municipalité a été fermée en raison des inondations. Plus de 19 000 véhicules circulent chaque jour sur cet important tronçon.

Montréal et Laval

La montée des eaux fait craindre le pire dans certains secteurs de l’île de Montréal, notamment à L'Île-Bizard où il y a une vingtaine de cm d’accumulation d’eau au sol.

Des résidents ont été forcés d’évacuer tandis que l’eau du lac des Deux-Montagnes a atteint la porte de la maison et se sont rendus dans un centre d’hébergement.

Du côté de Pierrefonds-Roxboro, on a réussi à contenir l’eau de la rivière des Prairies jusqu’à présent grâce à la construction d’une digue naturelle en 2017 et l’ajout de sacs de sable.

Dans le secteur résidentiel de Laval-Ouest, des employés de la Ville s’affairaient mercredi en début de soirée à installer une digue de 775 mètres le long de la rivière des Mille-Îles qui est déjà sortie de son lit.

Même si plusieurs résidences sont déjà touchées, on espère que cette digue gonflable pourrait contribuer à limiter les dégâts et la propagation de l’eau dans la zone inondée avec les nouvelles précipitations attendues d’ici la fin de la semaine. De nouveaux sacs de sable continuent aussi d’être installés.

L’heure du nettoyage en Beauce

Après avoir connu des crues pour certains Beaucerons de l’ordre du jamais vu qui ont laissé sur leur passage de l’eau, de la boue, et des déchets particulièrement à Beauceville, Sainte-Marie et Scott, l’heure est au nettoyage pour les résidents sinistrés.

Bien que les Beaucerons sont pour la plupart habitués à composer avec les inondations printanières quasi annuelles, pour de nombreux propriétaires, les dégâts sont considérables. Même l’école L’Accueil à Scott qui a subi les affres de l’eau est fermée pour une durée indéterminée. Une centaine d’élèves devra être relocalisée le temps de faire tous les travaux.

Dès jeudi, après le déjeuner offert par la Croix-Rouge aux sinistrés à Sainte-Marie, ces derniers devront regagner leur résidence. Or dans plusieurs cas, la maison est carrément inhabitable et certains citoyens craignent de se retrouver à la rue.

Mercredi, une intervenante psychosociale et des membres des Forces armées canadiennes effectuaient une tournée des sinistrés pour tenter d’apporter de l’aide et du soutien psychologique.

Au plus fort des inondations ce weekend, plus de 1800 résidences étaient inondées en Beauce. L’eau se retire, mais il demeure des centaines de propriétés inondées et de nombreux Beaucerons évacués.

Hydro-Sherbrooke ouvre un barrage

Des riverains de Sherbrooke qui n’ont pas l’habitude d’être inondés voient l’eau monter sur leur terrain alors qu’Hydro-Sherbrooke a ouvert mercredi les vannes de son barrage de la centrale de Rock-Forest.

Hydro-Sherbrooke n’a eu d’autres choix, à 10 h, que de laisser passer l’eau parce que le petit lac Magog était bondé. Des résidents le long de la rivière Magog pourraient maintenant subir les contrecoups de cette décision «exceptionnelle».

Des pompiers ont visité des riverains afin d’installer des sacs de sable autour des maisons.

La Ville de Sherbrooke a envoyé des appels automatiques à une trentaine de résidences qui sont à risque d’être inondées. D’autres appels pourraient être faits si la situation devait s’empirer en raison des accumulations de pluie attendues dans le secteur.