/news/law

Gilbert Rozon veut un procès devant juge et jury

Gilbert Rozon devra être présent en cour pour son enquête préliminaire, durant laquelle son avocat testera la crédibilité de la femme qui allègue avoir été violée par le magnat de l’humour, a-t-il été confirmé lors d’une audience aujourd'hui.

«La défense demande la présence de la plaignante afin de la contre-interroger, ainsi que la présentation de sa déclaration vidéo [aux policiers]», a expliqué le procureur de la Couronne Bruno Ménard, ce matin, au palais de justice de Montréal. Rozon, 64 ans, n'était pas à la cour ce matin, ainsi qu'il en avait le droit.

Il a de la sorte échappé une nouvelle fois aux regards des caméras, mais il n’aura pas ce luxe en novembre, quand se tiendra son enquête préliminaire.

«On comprend que l’accusé sera là à la prochaine date», a d’ailleurs dit le juge Denis Mondor, ce à quoi la défense a répondu: «Absolument.»

Le fondateur de Juste pour rire devra donc écouter le témoignage de la femme qu’il aurait violée en 1979 à Saint-Sauveur, alors qu’il venait d’obtenir son diplôme de droit. Il est également accusé d’attentat à la pudeur. Selon les lois de l’époque, le fondateur de Juste pour rire risque la prison à vie s’il est déclaré coupable, mais il n’y a pas de peine minimum.

Preuve testée

Toutefois, avant que Rozon subisse son procès, la preuve de la Couronne devra passer un premier test lors de l’enquête préliminaire.

Cette étape permettra à un juge de décider si la preuve peut justifier la tenue d’un procès. La cour avait des disponibilités pour que cette étape se déroule en août ou en octobre, mais, en raison de conflits d’horaire, tant du côté de la Couronne que de celui de la défense, le tout a été remis à novembre. Questionnée par les médias, la poursuite s’est faite rassurante au sujet des délais. «À ce stade-ci, ce n’est pas une préoccupation active dans ce dossier», a expliqué Me Ménard.

Son vis-à-vis de la défense, l’avocat Pierre Poupart, n’a pas voulu commenter.

Considéré comme l'un des meilleurs avocats au Québec, Me Poupart a déjà défendu Rozon dans les années 90. Le magnat de l’humour avait à l’époque profité d’une absolution après avoir plaidé coupable à une accusation d’agression sexuelle sur une jeune femme de 19 ans au Manoir Rouville-Campbell, à Mont-Saint-Hilaire.

Parallèlement aux procédures en cour criminelle, Rozon fait également face à une action collective de plus de 10 millions de dollars intentée par le collectif Les Courageuses. Le groupe est composé de femmes qui allèguent avoir été victimes d'inconduites sexuelles de la part de Rozon. Une partie de ces femmes avaient également porté plainte à la police, mais, après l’étude de leurs dossiers respectifs, la Couronne n’avait déposé aucune accusation.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.