/news/society

La ministre Guilbault prête à déployer plus de ressources, si nécessaire

TVA Nouvelles 

Face aux importantes précipitations prévues ce week-end, la ministre de la Sécurité publique n’hésiterait pas à déployer plus de ressources sur le terrain si nécessaire, mais elle assure que celles déjà sur place «suffisent à la tâche» pour le moment.

«Les ressources sont suffisantes, elles font le maximum déjà, continueront de le faire», a indiqué la ministre Guilbault, lors d’une mêlée de presse à Lachute, pour faire le point sur les crues qui touchent plusieurs régions au Québec.

«Je veux rassurer les gens, a-t-elle poursuivi. On a les moyens qu’il faut, à la hauteur de la situation. Si on devait éventuellement demander d’autres moyens, je n’hésiterai pas à le faire, de la même manière que j’ai fait appel à l’armée très tôt dans le processus.»

La ministre a rappelé qu’environ 1000 soldats des Forces armées canadiennes sont sur le terrain, lesquels pourraient être redéployés «au besoin dans les secteurs les plus critiques». Les équipes de la Sécurité civile et de la Sûreté du Québec sont également mobilisées, a-t-elle précisé.

Fortes pluies attendues

Les fortes précipitations attendues dès vendredi pourraient empirer la situation des inondations dans le sud du Québec, au grand dam des citoyens qui habitent à proximité des cours d’eau à risque.

Les résidents de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Mauricie ainsi que de la grande région de Montréal devront rester sur un pied d’alerte au cours de la fin de semaine.

Ce système dépressionnaire en provenance du Texas pourrait amener jusqu’à 50 mm de pluie sur certains secteurs au nord du fleuve Saint-Laurent. «Combinée à la fonte de la neige au sol, la pluie devrait accélérer le processus de crue printanière», prévient Environnement Canada.

 

«On demande aux citoyens de garder courage, de suivre les directives des autorités locales, demande Thomas Blanchet, porte-parole du ministère de la Sécurité publique. S’il y a un avis d’évacuation qui est émis, il doit être respecté.»

Le nombre de résidences inondées a augmenté jeudi pour s'établir à 3148, selon le dernier bilan d’Urgence Québec publié vers 19h. Le nombre de résidences isolées a également haussé légèrement pour atteindre 2305. Au total, 1111 personnes sont toujours évacuées à l’échelle de la province.

Laurentides

À Grenville-sur-la-Rouge, les autorités craignent de voir le barrage de la Chute-Bell céder sous la pression de l'eau. Des évacuations préventives ont été ordonnées par la Sécurité publique pour une cinquantaine de résidences dans le secteur.

L’hélicoptère TVA Nouvelles a survolé le secteur de Lachute, dans les Laurentides, où cinq quartiers sont touchés par la crue des eaux.

Environ 70 résidences y sont inondées et une vingtaine sont complètement isolées. Deux personnes ont été évacuées de manière préventive.

Sur les images captées du haut des airs, on peut voir clairement l’eau qui s’est accumulée en grande quantité dans les rues et sur les terrains.

Les pompiers ont d’ailleurs entamé une opération de pompage sur une de ces rues afin de garantir l’accès à une résidence pour aînés où vivent 160 personnes. On veut ainsi assurer la possibilité d’évacuer les résidents, si le besoin se fait sentir.

Mode d'intervention à la hausse à Montréal

Avec la hausse importante des niveaux d’eau prévue d’ici dimanche, la Ville de Montréal augmente son niveau d’alerte et mobilise plus de personnel sur le terrain afin de veiller à la sécurité des résidents de l’ouest de l’île aux prises avec les inondations.

«Nous passons maintenant en mode d’intervention supérieure», a déclaré la mairesse de Montréal Valérie Plante, en parlant des actions de la sécurité civile.

 

«La menace, elle est directe et elle est concrète», a-t-elle ajouté.

La Ville de Montréal a ainsi déclenché le mode Intervention 2, ce qui permet au directeur du service d’incendie d’avoir du personnel sur les lieux 24 heures sur 24 en quantité suffisante. Pompiers, policiers et cols bleus seront à pied d’œuvre sept jours sur sept. Il s’agit de l’étape qui précède la mise en place des mesures d’urgence.

Alors que l’eau continue de monter, les résidents des arrondissements les plus vulnérables aux inondations entrevoient le week-end avec anxiété. Ceux-ci souhaitent que les digues de sable construites près de la rivière des Prairies contiennent l’eau.

Fermeture du pont de l'île Bigras à Laval

À Laval, le pont menant à l’île Bigras a été fermé en matinée jeudi pour une «durée interminée, en raison de la montée constante des eaux», a déclaré la Ville par communiqué.

Pour les citoyens qui y habitent, la passerelle piétonne en bois a été ouverte et le service de train de banlieue Exo y est toujours opérationnel.

«Les navettes sur les îles ainsi qu’entre les différents stationnements alternatifs sont maintenues, ajoute la Ville. Le train de banlieue EXO sera gratuit pour les citoyens, entre la gare de l’île Bigras et la gare Sainte-Dorothée uniquement, tant qu’aucun accès automobile ne sera possible.»

Des ambulanciers, pompiers et policiers restent sur place en permanence, assurent les autorités municipales, «pour venir en aide aux citoyens dans le besoin».

À Laval-Ouest, où on a acheté plusieurs barrières gonflables d’une longueur totale de 775 m pour freiner l’eau, l’heure était au drainage, jeudi matin.

«Pour l’instant, ç’a l’air de bien fonctionner», souligne Évelyne Boudreau, porte-parole du Service de police de Laval.

 

Au total, 66 maisons sont inondées et une vingtaine de familles ont décidé de quitter leur résidence, selon les données de la police de Laval. Neuf ménages ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

«Toutes les situations sont vraiment sous contrôle», précise néanmoins Mme Boudreau.

Craintes toujours vives en Mauricie

Les résidents de Nicolet, Bécancour et Champlain ont droit à un minuscule répit jeudi matin, mais ce dernier sera de courte durée.

On observait une légère tendance à la baisse en matinée, mais l’arrivée d’un coup d’eau en fin de journée devrait malheureusement inverser les choses. La Mauricie devrait en effet recevoir l’eau qui est tombée hier plus au nord de la région, si bien que le niveau du lac Saint-Pierre pourrait dépasser les 3,8 mètres, ce qui n’a rien pour rassurer les citoyens.

 

En matinée, jeudi, on comptait 650 résidences isolées en Mauricie, et 400 inondées, des chiffres qui risquent d’augmenter avec la hausse du niveau de l’eau.

Des militaires s’activaient toujours sur le terrain, entre autres à Nicolet, pour rehausser les digues de sable installées au cours de la fin de semaine dernière.

À Champlain, d’autres membres des Forces armées canadiennes visitaient les habitants des résidentes isolées par l’eau pour s’assurer qu’ils se portaient bien.

Soulagement pour des riverains à Sherbrooke

Bonne nouvelle pour une trentaine de riverains de la rivière Magog, à Sherbrooke, où le niveau de l’eau a diminué jeudi matin après l’ouverture la veille des vannes d’un barrage d’Hydro-Sherbrooke.

Certains terrains ont été inondés par cette crue des eaux, mais aucune maison n’a été touchée.

«On a passé la pointe que l’on craignait hier [mercredi] et qu’on voyait venir avant-hier», explique le président d’Hydro-Sherbrooke Christian Laprise, qui souligne que le niveau de l’eau a baissé de neuf centimètres depuis la veille au lac Magog et en aval du barrage de Rock Forest. Sous le pont Jacques-Cartier, le niveau de l’eau a lui baissé de 15 centimètres.

Du côté de North Hatley, une portion de la route 108 a été fermée pour une durée indéterminée en raison de fissures causées par la crue des eaux. Le ministère des Transports n’a voulu prendre aucun risque avec des précipitations qui pourraient atteindre 40 mm dans les prochains jours.

Des pertes importantes pour les commerçants de la Beauce

Les pertes se comptent en milliers de dollars pour plusieurs gens d’affaire de la Beauce.

«Ça n’a aucune commune mesure avec ce qu’on a vécu par le passé », témoigne François Lehouillier, président de la Chambre de commerce Nouvelle-Beauce.

L’heure est au nettoyage pour plusieurs commerçants, qui tentent de rouvrir leurs portes le plus rapidement possible. Certains envisagent même de relocaliser leurs activités.

 

Dans la même catégorie