/regional/montreal/montreal

Le week-end sera long à Montréal

MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

Les prochains jours seront longs pour les résidents des arrondissements de L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève et de Pierrefonds-Roxboro, qui espèrent que les inondations n’atteindront pas leur maison.

Alors que l’eau continue de monter, les résidents des arrondissements les plus vulnérables aux inondations entrevoient le week-end avec anxiété. Ceux-ci souhaitent que les digues de sable construites près de la rivière des Prairies contiennent l’eau.

Dans le secteur de L’Île-Bizard, l’eau a grimpé sur les chaussées de plusieurs rues résidentielles. Les souffleuses, utilisées au bout des rues Roy et Paquin comme pompe à eau, roulent sans relâche. De l’autre côté du pont, le boulevard de Pierrefonds est inondé à plusieurs endroits, rendant la circulation difficile et l’accès à certains stationnements impossible.

«La rivière est pas mal haute déjà», a mentionné Istvan Deak, qui peaufinait les protections de sa maison de la rue Roy. M. Deak a dû opter pour une palissade en bois doublée de sacs de sable afin de combler le manque de poches disponibles.

«On espère juste que ça tienne», a-t-il indiqué. Le muret, construit autour de la maison, compte une pompe à chaque coin pour limiter les dégâts d’eau.

Le couple avait vu la même technique effectuée à la télévision par une famille de la rue Jean-Yves. L’an dernier, il avait plutôt opté pour un muret de sable qui avait fait ses preuves. «Ça ne va pas être une belle fin de semaine», a ajouté sa conjointe.

Digues de sable

Gaston Brunet, qui observait l’accumulation d’eau dans la rue Paquin, a raconté qu’il espérait que les digues ne «lâchent» pas, afin de permettre aux maisons situées à proximité de la rivière d’éviter le pire. Ce dernier a toutefois indiqué trouver cette façon de procéder «ingénieuse».

Même si M. Brunet n’a pas été touché par les inondations d'il y a deux ans, il espère que l’eau ne se rendra pas jusqu’à sa demeure. «Je pense que ça va être pire qu’en 2017», a-t-il indiqué.

Même son de cloche du côté de Karine Bérubé, résidente de Pierrefonds-Roxboro. «Il faut juste pas que l'eau passe au-dessus du barrage de sable. Si ça passe, c’est terminé, on pourra rien faire de plus», a-t-elle affirmé.

Cette dernière a tout de même affirmé avoir «confiance» au muret construit. «Je vais mal dormir, mais on se croise les doigts.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.