/regional/montreal/laurentides

«On pense à notre vie»

TVA Nouvelles

Des résidents de Grenville-sur-la-Rouge ont dû évacuer en toute vitesse leurs résidences et leurs lieux de travail alors que le barrage de la Chute-Bell menace de céder.

Jeudi après-midi, le maire de Grenville-sur-la-Rouge, Tom Arnold, était de passage au camp de vacances Centre Notre-Dame-de-la-Rouge pour évaluer le niveau de l’eau.

C’est alors qu’il a reçu un appel d’urgence pour enclencher le processus d’évacuation aux alentours de la rivière, étant donné les risques de rupture du barrage en amont.

«Tout de suite, il nous a avertit», explique un employé du camp de jour qui accueille normalement plusieurs groupes scolaires.

Heureusement, seul le personnel du camp était sur place.

«Ça a été un branle-bas de combat. On est inquiets pour les bâtiments, mais évidemment, on pense à notre vie. »

Tout s’est passé très rapidement, sans que personne ne sache dans combien de temps la vague possiblement créée par la rupture du barrage arriverait.

«On était en mode un peu panique», ajoute-t-il.

«L’eau, ça peut endommager, mais c’est surtout les débris et les billots qui peuvent endommager».

Au total, 250 personnes dans la région de la rivière Rouge doivent évacuer de façon préventive.

Dans la même catégorie