/finance/homepage

Pierre Karl Péladeau achète Taxelco, société mère de Téo Taxi

Après des mois d’incertitude, l’avenir de Taxelco est maintenant scellé : Pierre Karl Péladeau devient propriétaire de l’ancienne société mère de Téo Taxi et rachète Taxi Diamond, Taxi Hochelaga et Téo Techno. 

Le président et chef de la direction de Québecor doit en faire l’annonce ce midi aux employés de l’entreprise. Ce rachat est effectué à titre personnel, par l’entremise de la société Placements Saint-Jérôme, et n’implique pas Québecor.

Lancé à l'automne 2015, Téo Taxi employait près de 500 chauffeurs. Malgré plus de 20 millions de dollars d'aide financière publique, la maison mère de Téo Taxi, Taxelco, s'est retrouvée au bord de la faillite en janvier dernier.

La société mère de Téo Taxi, Taxelco, était à vendre depuis février. L’offre d’achat déposée par le patron du distributeur de services musicaux Stingray, Eric Boyko, a été rejetée en mars. Une première offre présentée par M. Péladeau avait elle aussi été écartée par le syndic. 

Benoît Gingues, du cabinet comptable Richter, avait alors relancé les enchères, espérant régler le dossier d’ici le 30 avril.

Poursuivre l'expérience

Après ce premier revers, M. Péladeau avait affirmé craindre que les composantes de l’entreprise autrefois dirigée par Alexandre Taillefer se retrouvent entre les mains d’un acheteur qui n’aurait pas à cœur le développement de l’industrie québécoise du taxi face aux géants étrangers comme Uber et Lyft. 

« Ça arrive que des gens achètent des actifs et les dépècent, avait noté M. Péladeau en entrevue au Journal, vendredi. Est-ce véritablement ce qu’on souhaite ? Pas moi. Je veux poursuivre l’expérience Téo, l’expérience numérique et électrique, faire en sorte qu’on ait une expérience québécoise forte et créer de la richesse ici plutôt que dans les paradis fiscaux, comme Uber le fait. »

Depuis la Gaspésie, le ministre des Transports François Bonnardel a félicité M. Péladeau par l’entremise de son compte Twitter pour son acquisition, ajoutant y voir le signe «que l’industrie du taxi au Québec est vouée à un bel avenir».

Un allié contre Uber?

Cette acquisition survient dans un contexte particulièrement incertain pour les acteurs de l'industrie du taxi, mécontents des compensations offertes par le gouvernement vu la réforme que prévoit le projet de loi 17.

Les porte-paroles de l’industrie du taxi espèrent pour leur part trouver un allié en la personne de M. Péladeau dans le différend qui les oppose au gouvernement Legault.

«Si la transaction est approuvée, nous espérons que M. Péladeau défendra les intérêts de l’industrie, des propriétaires de permis et des chauffeurs de taxi», ont-ils écrit.

Ils convient d’ailleurs le nouveau propriétaire à une rencontre prochainement «afin de discuter des tenants et aboutissants du taxi et de l’impact du projet de loi 17 sur le Québec».

Pierre Karl Péladeau dit souhaiter voir des véhicules Téo Taxi circuler à nouveau le plus tôt possible. La clôture de la transaction doit se faire le 31 mai prochain. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.