/news/society

Facebook: on continue à tout donner à ce «mauvais garnement»

TVA Nouvelles

Facebook est devenu un joueur tellement gros qu’il se pense plus fort que le gouvernement, estime Mario Dumont.

Pas si étonnant, quand on voit à quel point ses abonnés ne se formalisent pas des graves violations dont se rend coupable ce «mauvais garnement [...] qui subit les plus grosses pénalités sur la Terre».

Jeudi, le populaire réseau social s’est fait semoncer durement par le commissaire fédéral à la protection de la vie privée du Canada, qui critiquait entre autres l’utilisation qu’il fait de nos informations personnelles.

Notre analyste s’étonne donc de voir combien les gens adhèrent avec enthousiasme et donnent tout à cette entreprise qui ne gère pas adéquatement les renseignements privés qu’on lui confie tout en se foutant des lois.

«Le taux d’abonnement à Facebook est quasiment plus élevé que le taux de votation aux élections, alors il se trouve aussi important que le gouvernement», a-t-il illustré, au Québec Matin.

Facebook se fait punir très sévèrement pour des gestes graves, mais bénéficie malgré tout d’une impunité dans la population, que Mario Dumont n’entend pas beaucoup se plaindre au sujet de son comportement.

Les abonnés de Facebook ne seraient pas exigeants, en somme. «On a un nouveau bébé : on met sa date de naissance. On a une maladie: on dit laquelle, on va quasiment mettre le médicament qu’on prend. On va mettre nos destinations voyages. On dit tout, tout, tout à Facebook.»

Voyez la chronique complète de Mario Dumont dans la vidéo ci-haut.