/regional/montreal/montreal

Une conférence de Bock-Côté annulée à cause de menaces

Maxime Demers | Journal de Montréal

PASCALE LÉVESQUE/AGENCE QMI

Un événement auquel devait participer Mathieu Bock-Côté le 9 mai prochain a été annulé vendredi après que l’auteur, sociologue et chroniqueur du Journal eut été victime d’intimidation et de menaces sur les médias sociaux.

La librairie montréalaise Le Port de tête, où devait avoir lieu cette conversation intellectuelle entre Bock-Côté et le philosophe Louis-André Richard, a annoncé vendredi qu’elle avait pris la décision d’annuler la soirée après avoir reçu la visite d’agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«Il leur semblait qu’il y avait beaucoup d’agitation, sur les réseaux sociaux, autour d’un événement à venir chez nous impliquant la présence, entre autres, de Mathieu Bock-Côté», a expliqué la librairie de l’avenue Mont-Royal dans un communiqué diffusé vendredi.

«Dans le brouhaha de cette agitation des derniers jours, diverses menaces inacceptables ont été proférées. [...] Au vu de la teneur de certains commentaires qui animent le fil de discussion, la librairie a donc décidé d’annuler l’événement.»

Comme l’a constaté Le Journal, l’annonce de l’événement sur les médias sociaux avait suscité depuis quelques semaines de nombreux commentaires hargneux de la part d’internautes outrés que Mathieu Bock-Côté ait été invité à débattre de ses idées à la librairie Le Port de tête, qui a la réputation de soutenir des idées de gauche. Certains d’entre eux ont menacé de se rendre sur place pour perturber l’événement. D’autres ont suggéré de profiter de l’occasion pour aller entarter Bock-Côté.

Censure

Joint vendredi, Mathieu Bock-Côté a dit regretter qu’une discussion entre deux auteurs ait été annulée à cause de telles menaces. Il a fait un parallèle avec le cas du philosophe français Alain Finkielkraut qui a failli devoir annuler une conférence il y a quelques jours à cause de protestations de manifestants d’extrême gauche.

«J’ai l’impression qu’il y a une espèce de nouvelle gauche très radicale qui se donne le droit de donner des permis de parole ou de les retirer», déplore-t-il.

«Je ne dirais pas que ça me surprend, parce qu’on en voit de plus en plus. Mais c’est toujours étonnant de voir cela quand même arriver dans une société globalement paisible comme la nôtre. J’ai l’impression qu’une certaine mouvance se radicalise et fonctionne à l’intimidation et à la menace. Le véritable enjeu derrière cela, c’est qu’on assiste à une nouvelle forme de censure, une censure par la menace et par l’intimidation.»

Mathieu Bock-Côté vient de lancer un nouveau livre intitulé L’empire du politiquement correct.