/regional/montreal/laurentides

Baisse du débit aux barrages de la Chute-Bell et Carillon

Agence QMI

Les précipitations de pluie moindres a permis de déjouer les pronostics d’Hydro-Québec. Dimanche matin, ses deux barrages dans la vallée de l’Outaouais ont vu leur débit d’eau baisser.

Au barrage de la Chute-Bell, sur la rivière Rouge, la décrue a commencé dès samedi. «Il y a eu moins de pluie c’est une bonne nouvelle» a déclaré Marc-Antoine Pouliot, porte-parole de la société d'État.

À LIRE ÉGALEMENT

«Il y a cinq pieds d’eau dans la cave»

«Une opération familiale qui se déroule à vitesse grand V»

Un nombre record de sinistrés

5 minutes pour fuir

Île Bigras: la seule façon de sortir est en train

Images saisissantes: un quartier complètement déserté à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Hydro-Québec s’attendait à ce que le débit dépasse le record de 1200 mètres cubes par seconde établi samedi matin, mais le débit avait finalement baissé à 1000 mètres cubes par seconde, soit sous la capacité maximale du barrage construit en 1915.

Il est encore trop tôt pour parler d’un retour des 250 habitants de Grenville-sur-la-Rouge évacués vendredi, a indiqué le porte-parole. «Le débit a excédé la limite maximale pendant plusieurs jours, il y a beaucoup de vérification à faire et on ne prendra aucune chance avec la sécurité des citoyens.»

Au barrage de Carillon, sur la rivière de l’Outaouais, le contexte est similaire. Moins de précipitation a permis au débit de passer sous le seuil symbolique des 10 000 mètres cubes par seconde. «On revient au niveau mesuré en 2017. Mais nous n’avons jamais excédé la capacité du barrage, nous avions encore beaucoup de marge», a rassuré Marc-Antoine Pouliot.

La décrue devrait continuer en début de semaine, puisqu’aucune pluie n’est prévue avant mercredi.

Dans la même catégorie