/regional/montreal/montreal

Inquiétudes quant au stationnement pour le REM dans l'ouest de l'île

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI 

Camille Dauphinais-Pelletier

Des résidents de l’ouest de l’île de Montréal s’inquiètent que seulement 700 places de stationnement soient confirmées le long de leur branche du Réseau express métropolitain (REM).

«Je pense que la majorité des gens aimeraient prendre le REM. Mais s’il faut que je marche trois kilomètres jusqu’à la station, comme c’est le cas pour moi actuellement, dans les hivers qu’on a, je vais prendre mon auto pour aller au centre-ville», a mentionné André Allard, conseiller municipal à Kirkland, lors d’une rencontre d’information sur le REM lundi soir.

Pas moins de 500 personnes s’étaient réunies au Holiday Inn de Pointe-Claire pour assister à la présentation et poser des questions.

Le long de l’antenne qui desservira ce secteur, 500 places de stationnement sont prévues à la gare Des Sources et 200 au terminus Sainte-Anne-de-Bellevue.

Aucune place n'est encore confirmée aux gares Pointe-Claire et Kirkland, l’équipe du REM étant en train de négocier avec les propriétaires des terrains entourant les futures gares pour conclure des ententes. Celles-ci seront à proximité du centre commercial Fairview, à Pointe-Claire, et du Cinéplex à Kirkland.

«Je pense que tout le monde ici est d’accord: 700 places de stationnement, pour le West Island, ce n’est pas logique, c’est complètement inadmissible. Vous n’avez pas le choix d’en trouver d’autres, sinon les gens vont prendre leurs voitures», a affirmé Karen Cliff, une résidente de Kirkland, encouragée par les applaudissements de la foule.

La directrice des affaires publiques pour le bureau du REM, Virginie Cousineau, a répété à plusieurs reprises au cours de la soirée que des places supplémentaires seront trouvées et que les discussions avec les propriétaires privés seront «initiées» au cours des prochains mois. «Le REM va être mis en service en 2023 dans ce secteur-là. On est en 2019, ça nous laisse quatre ans pour planifier cette intégration-là avec les propriétaires riverains. Mais on sait que la fluidité d’accès est un gage de succès», a-t-elle dit.

Quelques citoyens ont tenu à faire comprendre qu’ils ne comptaient se rendre aux gares du REM en vélo ou en autobus, malgré la refonte du réseau annoncée à la STM. «Je suis déçu que vous ne pouviez pas nous dire si ce sera un stationnement incitatif ou s’il faudra payer», a aussi soulevé Claude Roy, qui habite à Pointe-Claire.

Le «kilomètre manquant»

Le fameux «kilomètre manquant», qui permettrait au REM de relier l’aéroport à la gare Dorval, a été évoqué par Marc Doret, conseiller municipal à Dorval. «Comment les planificateurs du REM ont-ils pu oublier de relier le REM à cette gare où il y a exo, VIA Rail et les autobus?» a-t-il demandé.

Alors que le bureau du REM a mentionné qu’il étudierait le projet si le gouvernement du Québec le lui demandait, la porte-parole du ministère des Transports, Sarah Bensadoun, a mentionné que l’aval du gouvernement fédéral était nécessaire pour ce faire. «[Si on a] cet engagement, on pourrait commencer à travailler à faire l’expansion de cette petite portion du REM», a-t-elle dit.

Les intervenants ont par ailleurs confirmé que la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson ne sera pas fermée après l’ouverture du REM.