/news/politics

Air Transat: «J’ai eu un gros pincement au cœur», dit François Legault

Le premier ministre François Legault dit avoir eu «un gros pincement au cœur» lorsqu’il a appris qu’Air Transat, une entreprise qu’il a cofondée en 1987, pourrait être bientôt vendue.

«Évidemment, c’est émotif pour moi, a-t-il déclaré en marge d’un point de presse à Québec. J’ai pensé tout de suite aux employés de Transat».

Transat AT, la société mère d’Air Transat, a déclaré mardi matin par voie de communiqué qu’elle était «en discussions préliminaires concernant» sa vente potentielle.

 

À LIRE ÉGALEMENT:

Air Transat bientôt vendu?

M. Legault dit être très «préoccupé» par cette nouvelle. «Disons que ç’a fait partie de mes rêves cette nuit», a-t-il affirmé.

Le premier ministre a reconnu être en «conflit d’intérêt émotif» dans ce dossier et c’est pourquoi il a mandaté le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, pour s’en occuper.

Il a toutefois indiqué que son gouvernement allait «tout faire pour garder le siège social au Québec».

«Si c’est nécessaire d’identifier un acheteur québécois, on va le faire», a mentionné François Legault.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.