/finance/homepage

Intelligence artificielle: le député Vincent Marissal craint qu'Hélène Desmarais ait trop d'influence

Véronique Morin

 - Agence QMI

Vincent Marissal

Simon Clark/Agence QMI

Le député de Québec solidaire Vincent Marissal, s'est dit très préoccupé par le fait qu'Hélène Desmarais siège sur les conseils d'administration d'organismes qui reçoivent une bonne partie du financement public en intelligence artificielle.

«Il semble qu’il y aurait un pipeline entre le gouvernement Legault [...] et certains gestionnaires, notamment Mme Hélène Desmarais, [...] qui est vraiment bien branchée et qui recevrait la moitié de la cagnotte de 100 millions $ associée en intelligence artificielle», a-t-il déploré en entrevue à l'émission «Là-haut sur la colline» à QUB radio.

La proportion des fonds alloués aux entreprises liées à Mme Desmarais semble démesurée, selon le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de finances et de revenu.
«Je trouve que la proportion est quand même impressionnante, à 50 %. Pendant ce temps-là, il y a peut-être des plus petits joueurs moins bien branchés, moins influents, qui ne touchent pas leur part du gâteau. Alors ça, ça nous inquiète», a-t-il précisé.

Il craint particulièrement que l’influence de «certaines personnes» en vienne «à décider ou à dicter où ira l’argent parce qu’il y a énormément de joueurs dans ce secteur névralgique», a-t-il souligné.

Les petits joueurs laissés pour compte?

Le député de Rosemont s'est dit préoccupé par l'approche de la Coalition avenir Québec en intelligence artificielle qui, selon lui, risque de laisser pour compte des petits joueurs au Québec.

«On ne peut pas permettre à des entreprises de grossir et d’être éventuellement avalées par de plus gros joueurs.»

Le député Marissal invite à la prudence dans le partage des fonds publics visant le développement de l'intelligence artificielle et appelle également à la transparence.

«Faut qu’on s’assure que l’argent qu’on dirige vers ces groupes-là ne soit pas juste une question de cocktails et de lobby. Que ce soit dirigé vers les bonnes personnes», a-t-il dit.

Les données personnelles des Québécois à risque

De plus, selon le député de Rosemont, la nouvelle stratégie numérique du gouvernement caquiste met les données des Québécois à risque.

La stratégie numérique du ministre Éric Caire, qui est à l'étude des crédits cette semaine, prévoit qu'une partie des données des Québécois soient conservées en infonuagique sur des serveurs distants par des firmes privées externes.

«Le premier devoir d’un gouvernement, c’est de les protéger. Ça vaut aussi pour les renseignements personnels. Les renseignements personnels, c’est la matière première des algorithmes. Les algorithmes, c’est le Saint Graal pour quiconque veut influencer l’opinion publique, vendre et convaincre», a-t-il expliqué.

«On ne peut pas juste dire "on n’est pas bon au Québec pour gérer les renseignements personnels des Québécois, donc on va les envoyer à des multinationales, des géants américains qui vont s’organiser avec ça, vu que nous on n'est pas capable de le faire"», a poursuivi le député.

Les excuses du sénateur André Pratte

Par ailleurs, l'ancien journaliste a profité de son passage à QUB radio pour commenter les excuses du sénateur André Pratte, son ancien patron et ancien éditeur à «La Presse», qui a été blâmé récemment par un conseiller sénatorial à l'éthique.

«On ne peut pas, quand on est sénateur, utiliser les bureaux et l'influence parce qu'un sénateur, pour le commun des mortels, c’est peut-être pas grand-chose, mais, ne l’oublions pas, les sénateurs ont des accès [...], ils ont aussi de l’influence sur l’adoption et la modification de certaine loi.

«André Pratte est très présent dans les débats des législateurs. Raison de plus pour qu’il y ait un mur coupe-feu. On ne veut pas revenir à l’époque où les sénateurs avaient tous de vraies jobs et le sénat était un "à côté". Ils tiraient des revenus ailleurs. Ce n’est plus le cas maintenant avec les sénateurs libéraux, mais on ne veut pas revenir à ça», estime Vincent Marissal.

Dans la même catégorie