/news/politics

Le coroner mènera une enquête publique

Agence QMI

Le gouvernement Legault a confirmé jeudi la tenue d’une enquête publique du Coroner sur la mort tragique d’une fillette de 7 ans à Granby, mais elle ne pourra pas avoir lieu avant la fin des procédures judiciaires, ce qui prendra plusieurs mois, voire plusieurs années.

«J’ai demandé qu’on fasse une enquête publique pour être 100 % transparent, parce que ce sont tous les Québécois qui veulent savoir ce qui est arrivé à cette petite fille, ce qu’on aurait pu faire pour éviter que ça arrive», a indiqué le premier ministre François Legault, jeudi, lors d’une mêlée de presse.

Les Québécois qui «veulent savoir» devront toutefois être patients. Cette enquête du Coroner sur la mort de cette fillette de Granby, prétendument battue à mort, ne pourra pas avoir lieu en même que l’enquête criminelle et le procès qui suivra.

 

«Lorsqu’une enquête publique se tient, elle ne doit pas interférer avec des enquêtes potentiellement criminelles en cours [...] ou avec des procédures judiciaires», a indiqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, précisant qu’une enquête criminelle est présentement conduite par la Sûreté du Québec.

D’ici là, M. Legault n’exclut pas que l’Assemblée nationale tienne une commission spéciale sur la protection de la jeunesse.

M. Legault a aussi confirmé que le directeur de la protection de la jeunesse au CIUSSS de l'Estrie, Alain Trudel, a été relevé de ses fonctions avec salaire, à sa demande. Le gouvernement l’avait d’abord suspendu avec salaire, le temps que se déroule l’enquête administrative, mais M. Trudel aurait insisté pour qu’on le congédie.

«Un moment donné au Québec, souvent, c’est comme s’il n’y avait personne de responsable», a déploré M. Legault, pour expliquer le renvoi de M. Trudel.

 

Plus tôt jeudi, le Parti libéral du Québec avait exigé une enquête «publique» et «indépendante» entourant la mort de la fillette de 7 ans à Granby «pour faire en sorte que ce genre de drame n’arrive plus jamais».

«Clairement, le système a failli à sa tâche. Le Québec a failli à sa tâche dans la protection d’une enfant très vulnérable», a indiqué la porte-parole libérale en matière de services sociaux, Hélène David, lors d’une mêlée de presse, jeudi.

«[Il faut] non seulement regarder ce qui s’est passé dans ce dossier-là, mais tout ce qui se passe à la DPJ, dans toutes les régions du Québec», avait indiqué Mme David.

Dans la même catégorie