/regional/montreal/monteregie

Serge Postigo figure parmi les victimes des inondations

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Après avoir dû reconstruire sa maison de Vaudreuil à la suite des inondations de 2017, Serge Postigo est à nouveau victime des ravages de l’eau : son terrain est inondé depuis dimanche dernier.

«C’est un lac, je ne peux même plus me rendre en voiture chez moi», a raconté l’artiste, en entrevue avec l’Agence QMI.

«Il y a trois pieds d’eau accotés sur ma maison. J’ai une grande chance : il n’y a pas une goutte qui entre. Mais je ne veux pas crier victoire trop tôt, parce qu’on ne sait jamais. Pour l’instant, ça fait une dizaine de jours que l’eau est sur la maison, et il n’y a rien qui entre. Ils ont surélevé la rue de plusieurs pieds, ils ont enroché la rue pour que les véhicules d’urgence puissent y circuler. Mais si je débarque dans mon "driveway", j’ai de l’eau presque aux hanches», a ajouté Serge Postigo.

Celui qui met présentement en scène la comédie musicale «Mamma Mia!» n’avait achevé qu’il y a environ un mois la reconstruction de sa résidence de Vaudreuil, érigée «à 80 pieds» du bord de l’eau. Il avait été forcé de la démolir en totalité après les déluges du printemps 2017.

«On a tout démoli, a-t-il précisé. Quand je dis "démoli", c’est vraiment tout : la maison, le solage, tout. On a reconstruit la nouvelle maison avec un solage hydrofuge, qui empêche l’eau de rentrer par le béton sous terre, pour résister à la pression de l’eau.»

«Donc, pour l’instant, tout va bien. Mais mes platebandes sont à refaire, mettons», a dit Postigo en riant.

L’acteur confiait d’ailleurs au magazine «Échos Vedettes», en mars, que sa conjointe, la comédienne Karine Belly, vit maintenant en France avec leurs deux enfants, Valentin, quatre ans, et Scarlett, trois ans, depuis les dégâts d’il y a deux ans. Serge Postigo est aussi le papa de Thomas, 16 ans, né de son union avec Marina Orsini.

Appui de la ville

Serge Postigo a profité de sa rencontre avec les médias, lors d’une répétition ouverte de «Mamma Mia!», en milieu de semaine, pour lever son chapeau aux employés et bénévoles de la Ville de Vaudreuil. Ceux-ci, affirme-t-il, accomplissent un travail remarquable pour venir en aide aux sinistrés des inondations.

«Cette ville-là a fait vraiment un travail génial, a-t-il souligné. Ils sont présents, profondément. Quelqu’un comme moi n’a pas l’impression d’être près de la politique municipale, mais c’est là qu’on en voit toute l’importance. Les employés sont là, les pompiers viennent nous aider à mettre des sacs... L’organisation, la disponibilité, la planification, l’écoute de ces gens-là... Il faut leur rendre hommage. C’est leur travail, mais c’est la façon dont ils le font qui fait la différence. C’est important. Parce qu’on a beaucoup plus besoin d’écoute et de réconfort que de sacs de sable. Ce qui nous ronge, ce n’est pas tant l’eau qui entre, que l’angoisse que l’eau entre.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.