/regional/montreal/montreal

État d’urgence prolongé: Montréal ne veut pas «baisser sa garde»

Même si les digues tiennent bon à Montréal, la mairesse Valérie Plante a annoncé vendredi le prolongement de l’état d’urgence déclaré une semaine auparavant.

Ainsi, la métropole s’assure d’avoir encore les ressources humaines et financières pour réagir rapidement sur le terrain et d’être plus agile, par exemple si une digue cède.

«On prolonge parce que le niveau d’eau n’a pas baissé et ça nous préoccupe», a-t-elle avoué lors d’un point de presse, vendredi après-midi.

 

Malgré tout, les structures érigées dans les différents quartiers touchés, comme dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, font jusqu’à maintenant le travail. Des bassins de rétention ont même déjà été installés au cas où une digue céderait.

«Les digues ont été renforcées et rehaussées. L’état est stable, mais on veut juste s’assurer de ne pas baisser notre garde», a expliqué Valérie Plante, avouant aussi qu’une certaine fatigue s’était installée chez les résidents en zone inondable et les cols bleus sur le terrain.

Plusieurs citoyens rencontrés par TVA Nouvelles se sont malgré tout avoués très satisfaits du travail effectué par les autorités, après avoir vécu l’enfer lors des inondations d’il y a deux ans.

«C’est différent de 2017. Ça s’était passé rapidement, mais maintenant ça s’étire dans le temps. On a moins d’inondés. On est très heureux d’être loin du compte de 2017», a commenté la mairesse.

Valérie Plante juge que la facture pour le sable supplémentaire acheté par la Ville totalisait jusqu’à maintenant plusieurs centaines de milliers de dollars.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.