/news/society

Une vague historique d’emplois va s’abattre sur le Québec

Jean-Michel Genois Gagnon

PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNES

Ce sont 1,4 million de postes qui seront à pourvoir au Québec d’ici 2026 en raison du départ à la retraite des baby-boomers, une vague sans précédent sur le marché du travail.

Ce tsunami sourira aux jeunes et aux immigrants qui auront la tâche de combler tous ces emplois.

C’est ce qui ressort du plus récent rapport du ministère du Travail qui dresse le portrait du marché de l’emploi et de ses besoins entre 2017 et 2026.

Le ministère du Travail estime qu’environ 1,18 million de travailleurs expérimentés quitteront le marché de l’emploi entre 2017 et 2026.

Le phénomène des départs à la retraite devrait commencer à s’essouffler graduellement à partir de 2022.

Devant la difficulté à recruter de la main-d’œuvre, le Groupe Honco, dont on voit ici un travailleur à l’usine de Lévis, va jusqu’à recruter sur les bancs d’école.

En plus des futurs retraités qu’il faudra remplacer, ce sont 251 000 nouveaux postes qui devront être pourvus d’ici 2026. Cela représente 25 100 nouveaux talents à dénicher chaque année à travers la province.

Selon le ministère du Travail, la majeure partie des emplois créés seront « hautement qualifiés », c’est-à-dire qu’ils exigeront un diplôme d’études collégiales. Quant aux emplois « peu qualifiés », ils diminueront tant en nombre qu’en proportion.

Le phénomène de la rareté de la main-d’œuvre va donc continuer de donner des maux de tête aux patrons. La situation est « préoccupante », reconnaît le ministre du Travail, Jean Boulet.

Des pistes de solutions

Ses troupes travaillent depuis plusieurs mois afin d’élaborer différentes stratégies pour atténuer l’impact sur les entreprises:

Les jeunes sur les bancs d’école vont combler 54 % des besoins en main-d’œuvre.

« Les étudiants, c’est un bassin de travailleurs extrêmement important », estime le ministre Boulet.

D’ailleurs, pour inciter les étudiants à prioriser certains secteurs problématiques, comme celui des technologies de l’information, Québec avait souligné en avril qu’il évaluait la possibilité d’instaurer de nouveaux incitatifs financiers.

« On veut orienter les jeunes vers les secteurs d’avenir. Nous avons entrepris une campagne de promotion pour les métiers en déficit », note M. Boulet.

Le gouvernement prévoit aussi plusieurs incitatifs financiers pour garder plus longtemps les travailleurs âgés au boulot, comme améliorer les « crédits d’impôt pour prolongation de carrière ».

La nouvelle offre de travailleurs proviendra aussi des personnes immigrantes qui s’établiront au Québec (22 %).

D’ailleurs, le gouvernement souhaite mettre comme « dossier prioritaire » les candidats répondant aux besoins de la main-d’œuvre des entreprises québécoises.

Parmi les régions où les entreprises seront le plus lourdement touchées, comme Chaudière-Appalaches, le ministre Boulet souhaite créer un partenariat entre ses compagnies et d’autres municipalités du Québec où il y aura un surplus de travailleurs.

« Actuellement, on frappe aux portes des entreprises pour obtenir un diagnostic de leurs besoins. Nous avons déjà communiqué avec environ 6000 compagnies au Québec et nous établissons par la suite un plan d’action », explique le ministre.

Ventes et services

Parmi les domaines qui enregistreront une plus forte demande pour de nouveaux talents au cours des prochaines années, il y a le secteur de la vente et des services où le gouvernement prévoit la création de 53 900 postes.

Les travailleurs dans les professions liées aux sciences naturelles et appliquées en profiteront aussi (gain de 61 400).

Même chose pour ceux liés à l’enseignement, au droit et aux services sociaux, communautaires et gouvernementaux (41 900).

À travers le Québec, 25 professions devraient manquer de cerveaux au cours des prochaines années.

Le ministère du Travail a utilisé un outil économétrique élaboré selon des spécifications du Conference Board du Canada et des données de Statistique Canada pour établir les prévisions de l’évolution de l’emploi par secteur d’activité économique.

Dans la même catégorie