/news/currentevents

Meurtre de Salvatore Scoppa: un mafieux au caractère «bouillant» et aux décisions «bizarres»

TVA Nouvelles

Le mafieux Salvatore Scoppa, qui a été abattu froidement samedi soir lors d’une fête de famille à Laval, a eu au cours des dernières années des démêlés avec le clan Rizzuto-Sollecito, qui est à la tête de la mafia montréalaise, mais aussi avec d’autres personnes.

«Il est décrit comme un homme dont le caractère bouillant lui fait prendre de biens bizarres de décisions, explique le journaliste de TVA Nouvelles et de notre Bureau d’enquête, Félix Séguin. Ces décisions-là heurtent plusieurs personnes».

L’homme de 49 ans est le frère de celui qui est décrit comme «un chef de clan très puissant de la mafia montréalaise» Andrew Scoppa, souligne notre reporter.

À LIRE ÉGALEMENT:

Le mafieux Salvatore Scoppa abattu durant une fête de famille

Salvatore Scoppa avait d’ailleurs été victime d’une tentative de meurtre il y a deux ans, en février 2017.

«Sa tête était donc mise à prix, rappelle Félix Séguin. À plusieurs reprises, les forces de l’ordre l’ont averti qu’il y avait des contrats sur sa tête et on lui avait peut-être suggéré aussi de quitter le paysage montréalais pour aller s’établir ailleurs, du moins un temps, afin que tout ça se tasse.»

 

Malgré ses liens, Scoppa n’était pas un joueur très important de la mafia montréalaise. «Il fait plutôt partie d’une famille très importante au sein de cette même alliance du crime organisé montréalais», indique le journaliste.

Reste maintenant à voir quel impact aura l’assassinat de Salvatore Scoppa au sein du monde interlope. Notre reporter note qu’il y a plusieurs «jeux de coulisse qui se trament afin de garder un certain contrôle du territoire montréalais, alors que les motards criminels, les Hells Angels, eux, ont beaucoup d’ascendant et ont pris le contrôle de toute la province».

Un meurtre «un peu brouillon»

Félix Séguin fait d’ailleurs remarquer que la manière dont ce meurtre a été commis diffère des assassinats qui ont été perpétrés de manière «plus discrète et professionnelle» par le passé.

«On n’a qu’à penser à l’assassinat de Nicolo Rizzuto, le patriarche de la mafia montréalaise, qui a été atteint d’une balle qui est passée à travers la fenêtre de sa véranda alors qu’il s’y attablait pour l’heure du souper par un tireur embusqué dans les bois», rappelle-t-il

Notre reporter ajoute que les contrats exécutés dans le milieu de la mafia sont de plus en plus confiés à des gens issus des gangs de rue.

«Ces gens-là n’ont pas le même modus operandi, si vous voulez, que des tueurs qui peuvent venir de l’extérieur», précise-t-il.

Dans la même catégorie