/regional/estduquebec/basstlaurent

À la recherche d’une source d’eau potable à Lac-au-Saumon

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles 

Les résidents de Lac-au-Saumon, dans la Matapédia, ont de nouveau accès à de l'eau potable. Les citoyens ont dû faire bouillir leur eau durant tout l'hiver et la situation pourrait se reproduire alors que la municipalité est toujours à la recherche d'une source d'eau permanente.

«On cherche toujours une solution qui va nous donner une qualité et une quantité d'eau qui va convenir aux exigences du ministère de l'Environnement», a expliqué la directrice générale de Lac-au-Saumon, Karine Dostie.

La municipalité cherche cette solution depuis 2001.

«On est rendu à notre troisième «solution». On avait construit des puits en 2001. On pensait que c'était la solution, mais avec les années, les normes environnementales ont changé. Le site est devenu plus protégé, alors c'était moins réalisable et on a dû chercher de l'eau ailleurs et là, on est encore en train de chercher de l'eau ailleurs. On a un peu l'impression de tourner en rond», a déclaré Mme Dostie.

Bien que le projet de puits souterrains soit toujours sur la table, la municipalité doit désormais étudier une nouvelle option, à la demande du ministère des Affaires municipales, celle du lac au Saumon.

«Il faut étudier l'eau au printemps avec la fonte des neiges, l'été avec les chaleurs et l'étiage en automne, donc presque un an d'analyse pour connaitre toutes les fluctuations du Lac-au-Saumon», a souligné la directrice générale.

Cette nouvelle analyse retardera forcément la réalisation du projet final, qui est très attendu dans la communauté.

Un problème qui freine le développement

Jusqu'ici 1,5 million de dollars ont été déboursés pour trouver une solution, des dépenses importantes, qui freinent le développement de la municipalité.

«Depuis que je suis directrice générale, je mets toujours des projets sur la glace à cause de [ce problème]. C'est certain que les nouveaux citoyens ne veulent pas venir s'installer ici à cause de l'eau potable», a souligné Mme Dostie.

«On parle tout le temps d'une Vallée qui est dévitalisée, mais comment voulez-vous attirer du monde dans une municipalité qui est l'une des plus belles de la région, mais sans eau potable», a demandé l'ex-maire de Lac-au-Saumon, Michel Chevarie.

Selon M. Chevarie, le dossier doit être porté par la ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Ève Proulx, puisqu'il stagne depuis bientôt 20 ans.

«Tout le monde ici parle de ce problème, on est la risée du Québec et on n’a jamais eu droit à la visite d'un ministre ici, alors je somme Mme Proulx de venir ici et de venir constater qu'en 2019, nous n'avons toujours pas d'eau potable, c'est inconcevable», a-t-il ajouté.

En septembre dernier, la situation de l'eau potable devenait très problématique à Lac-au-Saumon. Le niveau de l'eau du lac Angus, duquel la ville s'approvisionnait auparavant, avait alors chuté sous les valves du système d'approvisionnement. Les autorités ont dû trouver une solution de rechange; le lac au Saumon, pour assurer l'alimentation en eau potable de ses citoyens durant l’hiver. Cette solution d'urgence a finalement coûté 300 000 $ à la municipalité.

Dans la même catégorie