/news/world

Cuba doit «faire partie de la solution» au Venezuela, dit Freeland

Agence France-Presse 

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a appelé mardi Cuba à s'aligner avec les pays du Groupe de Lima et à mettre fin à son appui au président vénézuélien, Nicolas Maduro.

«Cuba ne doit pas faire partie du problème au Venezuela, mais faire partie de la solution», a indiqué aux journalistes Mme Freeland lors d'une téléconférence.

«C'est une chose pour laquelle nous insistons très fortement auprès des Cubains», a-t-elle poursuivi, précisant espérer «qu'ils verront qu'il s'agit de la bonne approche pour le peuple vénézuélien, pour l'hémisphère et pour Cuba».

Vendredi, le premier ministre Justin Trudeau s'était entretenu avec le président cubain Miguel Diaz-Canel au sujet du Venezuela, évoquant notamment «la façon dont ils pourraient travailler ensemble pour trouver une solution pacifique à la crise» dans ce pays, selon les services du dirigeant libéral canadien.

Parlant au nom du groupe de Lima, qui réunit une dizaine de pays d'Amérique latine et le Canada, Justin Trudeau a souligné l'intérêt que portent ces pays «au maintien des élections libres et équitables au Venezuela et au respect de sa constitution», selon un communiqué.

Les pays du groupe de Lima, qui reconnaissent l'opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela, avaient précédemment appelé vendredi Cuba et le groupe de contact international (GCI) à participer aux efforts en vue d'une solution à la crise politique au Venezuela, au terme d'une réunion ministérielle d'urgence dans la capitale péruvienne.