/finance/homepage

Des chauffeurs d’Uber veulent perturber le service mercredi à Montréal

TVA Nouvelles

ARCHIVES/AGENCE QMI

Des chauffeurs montréalais d’Uber qui réclament une meilleure rémunération sur les courses qu’ils effectuent veulent perturber le service de transport, mercredi, dans la métropole.

«Les membres de l’Association professionnelle des chauffeurs d’Uber (APCU) vont désactiver leurs applications toute la journée dans l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal», peut-on lire dans un communiqué émis mardi.

Cette organisation dit représenter «plusieurs centaines de membres» au Québec. Son président, Rafik Hanna, a toutefois refusé de fournir le nombre exact de personnes faisant partie du regroupement, affirmant que cette donnée était «confidentielle».

«Au cours des dernières années, Uber a réduit a plusieurs reprises la rémunération des conducteurs», a-t-il expliqué en entrevue avec TVANouvelles.ca. Il accuse également le géant américain d’avoir «éliminé un certain nombre de multiplicateurs qui permettent aux conducteurs de gagner plus que le taux de base».

Selon lui, les chauffeurs d’Uber gagnent moins que le salaire minimum au Québec, qui se situe à 12,50 de l’heure. Il considère ce modèle d’affaires «un peu abusif» et «basé sur l’exploitation des travailleurs».

L’ACPU réclame donc, entre autres, un taux horaire minimum de 18$ ou de 16$ après les dépenses. Elle souhaite également plus de transparence de la part de la compagnie, en plus d’avoir «le droit de s’organiser sans représailles».

Cette journée de mobilisation fait part d’un mouvement mondial qui se déroulera dans plusieurs autres villes, selon M. Hanna. Une manifestation de chauffeurs aura aussi lieu devant les bureaux montréalais d’Uber dans l’arrondissement du Sud-Ouest.

«On demande au public en général de nous appuyer et de nous démontrer leur solidarité et ne pas utiliser Uber mercredi», dit le président de l’APCU.

«Les partenaires-chauffeurs sont au coeur de notre service et nous ne pourrions avoir du succès sans eux, a pour sa part répliqué le porte-parole d'Uber Canada, Jean-Christophe de Le Rue. Chaque jour, des milliers d’employés d’Uber travaillent à améliorer l’expérience des partenaires-chauffeurs. Que ce soit en travaillant à une meilleure stabilité de leurs revenus ou en améliorant constamment notre technologie, nous nous efforcerons toujours d’améliorer leur expérience sur la route.»

La compagnie américaine s’apprête à faire l’une des plus importantes entrées en bourse de l’histoire. Sa capitalisation pourrait tourner autour de 100 milliards de dollars, selon l’Agence France-Presse.