/regional/montreal/laurentides

Des sinistrés déçus de voir leur chèque pour la location de terrain être encaissé

Yves Poirier | TVA Nouvelles 

À Sainte-Marthe-sur-le-Lac, des sinistrés de la zone rouge, où l’on retrouve notamment le parc de maisons mobiles, ont appris avec stupéfaction que leurs chèques destinés au paiement de la location de terrain avaient été encaissés le premier mai dernier, et ce, même s’ils n’ont pas accès à leur maison depuis 10 jours.

Alors que la majorité des fournisseurs de services ont donné aux sinistrés des délais supplémentaires pour se départir de leurs factures, des citoyens victimes de l’inondation ont confié mardi à TVA Nouvelles que de nombreux paiements pour la location de terrains du parc de maisons mobiles avaient été retenus par le gestionnaire des lieux.

Selon des sinistrés rencontrés à l’angle de la rue Louise et de la 27e avenue, ainsi qu’au centre d’hébergement temporaire à Deux-Montagnes, le gestionnaire des terrains aurait dû se garder une gêne.

«Quand on voit des gens qui sont dans la merde, le minimum aurait été de ne pas encaisser les chèques et de faire preuve d’empathie», a déclaré un sinistré, Richard Sansregret, qui explique s’être adressé à la Régie du logement pour une retenue temporaire des versements.

En réaction, le propriétaire des terrains, Michel Langlois, se défend d’avoir manqué d’empathie. Joint au téléphone par TVA Nouvelles, il a expliqué que lui et son équipe étaient tellement occupés à aider les sinistrés du parc de maisons mobiles qu’il n’a pas pensé à retenir les chèques.

«Honnêtement, moi le premier, je n’ai pas pensé à ça. On concentrait nos efforts à essayer d’aider les gens qui avaient des problèmes, a-t-il dit. Nous allons faire le crédit aux sinistrés à 100%. On parle de sept ou de neuf jours de crédit pour 70 ou 80 propriétaires de maisons mobiles sur 232.»

Dans ce parc de maisons mobiles, les résidents paient en moyenne 250 $ par mois pour la location de leur terrain.

Dans la même catégorie