/finance/homepage

IGA veut livrer l’épicerie dans des entreprises et des lieux publics

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS/JOURNAL DE QUÉBEC

La chaîne d’alimentation IGA veut livrer l’épicerie de ses clients à leur entreprise ou dans des lieux publics. Un projet-pilote de casiers réfrigérés a récemment été lancé et le service pourrait s'étendre à tout le Québec, a appris Le Journal de Québec.

«Nous voulons simplifier la vie des consommateurs et répondre aux besoins des familles. Lorsqu’on se rapproche des gens, cela les aide à gagner du temps. On peut maintenant commander à midi et recevoir notre épicerie à 16h», fait valoir Carl Pichette, vice-président au marketing chez Sobeys.

Au cours des dernières semaines, la compagnie a installé 44 casiers réfrigérés, dont 12 congelés, au siège social de Desjardins, à Lévis, afin d’évaluer la demande auprès des 8000 employés de l’institution financière pour ce service. L’an dernier, une première phase de test s’était aussi déroulée au siège social de Sobeys, à Montréal-Nord.

Si le projet-pilote s’avère concluant, l’objectif est d’étendre rapidement le concept, un premier du genre au Québec, à l’échelle provinciale. La direction estime que le déploiement des casiers COLLECTExpress IGA pourrait débuter dès cet automne.

«Beaucoup d’entreprises ont du potentiel pour avoir nos installations. Cela pourrait également être dans des lieux à forte densité, comme des hôpitaux ou des stationnements incitatifs pour le transport en commun», note M. Pichette. «Notre défi est maintenant de travailler sur des sites potentiels au Québec», poursuit-il.

Le concept «inspiré de modèles similaires en Europe et en Asie» est simple. Le consommateur commande en ligne son épicerie ou via l’application mobile et il la récupère, dans le cas du projet-pilote, dans des installations à l’extérieur d’un bâtiment chez Desjardins. Chaque casier possède un code d’ouverture que seule la personne ayant effectué la commande a en sa possession.

Pour l’heure, le service de livraison est effectué une fois par jour. Le client doit acheter au minimum pour 45 $ et des frais d’assemblage de 3,50 $ s’ajoutent à la facture. Contrairement au service de livraison à la maison, il n’y a pas de frais pour la course.

«Si on voit qu’il y a du potentiel pour faire deux livraisons par jour, par exemple, pour une entreprise qui a un quart de nuit, le système nous permet de le faire», affirme M. Pichette, invitant les compagnies intéressées à communiquer avec son organisation.

Même de la crème glacée

Selon le propriétaire du IGA Veilleux, le supermarché qui participe au projet-pilote, les casiers peuvent conserver tous les types d’aliments et de produits, et même, par période de grande chaleur.

«Ce sont des cassiers très efficaces et fonctionnels», assure Francis Veilleux. «On peut y mettre des produits congelés comme de la crème glacée et il n’y a pas de problème», poursuit-il.

IGA, qui mise sur un réseau de 295 points de vente au Québec et au Nouveau-Brunswick, avait lancé son service d’épicerie en ligne et de livraison à domicile en 1996.

Projet-pilote

44 casiers réfrigérés, dont 12 congelés

Frais : 3,50 $ pour l’assemblage de l’épicerie. Aucun coût pour la livraison

Commande au minimum de 45 $

Interdiction de commander de l’alcool ou des produits à base de tabac