/news/society

Les écrans solaires se retrouvent dans le sang après un jour seulement

TVA Nouvelles selon CNN

stock.adobe.com

La crème solaire, utilisée pour se protéger des dangers du soleil, présente-t-elle des risques en raison des produits chimiques qu’elle contient et qui trouvent leur chemin jusqu’à la circulation sanguine?

Une étude menée par le Centre d’évaluation et de recherche sur les drogues, une filiale de la puissante US Food and Drug administration, et publiée dans le périodique médical JAMA, révèle que les concentrations de certains ingrédients après une seule journée d’application sont suffisamment significatives pour déclencher des investigations plus poussées des autorités américaines.

Elle montre également que les concentrations de trois ingrédients que l’on retrouve dans les protections solaires continuent d’augmenter avec un usage quotidien, et que ces produits sont toujours présents dans le sang 24 heures au moins après avoir cessé de les utiliser.

Ainsi, 24 sujets en santé ont pris part à cette étude, acceptant d’enduire 75% de la surface de leurs corps quatre fois par jour, pendant quatre jours, de protection solaire en vaporisateur ou en lotion contenant de l’avobenzone, de l’oxybenzone ou de l’octocrylene, ou une crème solaire contenant de l’ecamsule.

Ils ont également consenti à fournir une trentaine d’échantillons sanguins chacun, prélevés sur une période de sept jours.

Sur les six personnes qui ont appliqué de la crème contenant de l’ecamsule, cinq présentaient des concentrations «statistiquement significatives» de ce produit dans leur sang dès la fin de la première journée d’utilisation.

Pour les trois autres ingrédients – avobenzone, oxybenzone et octocrylene -, l’ensemble des participants à l’étude ont montré des concentrations significatives dès le deuxième jour d’utilisation. Tout particulièrement pour l’oxybenzone, qui a «été absorbée par l’organisme à des concentrations de 50 à 100 fois plus élevées que pour les trois autres composés chimiques sous la loupe», a rapporté David Andrews, chercheur pour le Environnemental Working Group (EWG), qui publie chaque année un guide sur les écrans solaires.

L’oxybenzone a été montré du doigt par différentes études dans le passé, qui l’ont à la fois lié à une baisse des taux de testostérone chez les adolescents, à des changements hormonaux chez les hommes et à des grossesses écourtées, mais la communauté scientifique a demandé d’être prudent avant de conclure à l’existence d’un véritable lien. Cet ingrédient a également été désigné comme étant une cause fréquente d’allergie de contact.

Hawaï, Palau et Key West ont d’ailleurs banni les écrans solaires contenant de l’oxybenzone et de l’octinoxate parce que ces produits causent le blanchiment des coraux et menacent l’écosystème marin.

N'arrêtez pas de vous protéger!

Les experts ne croient pas qu’il faille cesser d’utiliser les écrans solaires pour autant. Seulement, la façon de les utiliser a évolué dans le temps. Dans le passé, ils étaient appliqués en petite quantité pour prévenir les coups de soleil pendant les vacances. Maintenant, les recommandations veulent qu’il faille en mettre tous les jours et plusieurs fois par jour, sur une importante surface du corps. «Du coup, la FDA a commencé à se questionner», a expliqué David Andrews, du EWG.

 «Il faut faire davantage d’études pour approfondir cette découverte et déterminer quelles sont les véritables conséquences de l’absorption de certains ingrédients», a indiqué le porte-parole de l’Académie américaine de dermatologie, Dr David Leffell, à CNN. Entretemps, les gens doivent continuer à se protéger du soleil, conclut-il.

Dans la même catégorie