/finance/homepage

Lyft débarque au Québec

Philippe Orfali | Journal de Montréal

Lyft débarque au Québec, a appris «Le Journal de Montréal». Le grand rival d’Uber aux États-Unis et au Canada embauche actuellement à Montréal, et ses véhicules pourraient se mettre à rouler dans la métropole «dans un avenir rapproché».

Fondée à San Francisco en 2012, Lyft est aujourd’hui présente partout aux États-Unis et dans plusieurs provinces canadiennes. En plus du service de transport automobile semblable à celui offert par Uber, l’entreprise offre des trottinettes libre-service dans certains marchés.

L’entreprise a jusqu’à maintenant été exclue du marché québécois du transport de personnes, notamment parce que le projet-pilote démarré par le gouvernement Couillard visait Uber uniquement et ne permettait pas la venue de nouveaux joueurs pouvant concurrencer l’industrie traditionnelle du taxi.

Nouvelle donne réglementaire

C’est toutefois sur le point de changer. Le projet de loi 17 sur l’industrie du taxi ouvre la porte à de nouveaux joueurs.

Lyft n’a pas tardé à profiter de cette ouverture. Une demi-douzaine d’offres d’emplois situés à Montréal viennent d’être publiées sur le site de l’entreprise.

On cherche notamment un gestionnaire en politiques publiques. Son rôle sera de «travailler directement avec les élus, les décideurs et les principales parties prenantes» afin de régler une fois pour toutes les problèmes d’ordre réglementaire et gouvernemental qui empêchent la venue du principal concurrent d’Uber dans la province.

Lyft embauche également dans son secteur marketing. Une personne sera chargée de «mener tous les efforts publicitaires pour la région de Montréal et d’agir en qualité d’expert de l’endroit», par exemple.

D’autres postes, non spécifiques aux activités de Lyft à Montréal, sont également à pourvoir dans la métropole. On parle par exemple d’ingénieurs logiciels ou d’experts en approvisionnement.

Montréal, Québec et Gatineau

Déjà en janvier, l’éternelle rivale d’Uber s’était inscrite au Registre des lobbyistes du Québec.

L’entreprise souhaite ainsi étendre ses activités de covoiturage dans les villes de Montréal, Québec et Gatineau.

Au bureau du ministre des Transports François Bonnardel, on ne cache pas l’intention du gouvernement d’ouvrir la porte à de nouveaux joueurs.

«Sans commenter le cas de Lyft directement, notre projet de loi permettra à de nouvelles initiatives en transport rémunéré de personnes de s’implanter au Québec. Le gouvernement désire que la modernisation de la loi profite aux utilisateurs, en favorisant plus de choix», a soutenu l’attachée de presse du ministre François Bonnardel, Sarah Bigras.

Lyft prendra d’ailleurs la parole en commission parlementaire afin d’appuyer le projet de loi 17, a soutenu une porte-parole de la société.

«Le projet de loi 17 créerait une réglementation uniforme pour l’industrie, établirait des exigences fortes pour les conducteurs et permettrait à Lyft d’opérer au Québec. [...] Nous espérons apporter les avantages de Lyft au Québec dans un proche avenir.»

Qui est Lyft?

-Capitalisée à 12 milliards $ US

-Présente dans 640 villes aux États-Unis

-Active dans 9 villes au Canada, dont Ottawa et Toronto