/news/culture

Britney Spears demande une injonction d'éloignement contre son ancien gérant

WENN

Judy Eddy/WENN.com

Britney Spears tient à ce que Sam Lutfi ne puisse plus l’approcher. La chanteuse a demandé à la justice d’établir une injonction d’éloignement à l’encontre de son ancien gérant afin de se protéger de lui, mais aussi de mettre son père et ses deux fils à l'abri.

D’après les documents obtenus par «The Blast», Sam Lutfi a envoyé des messages de menace et de harcèlement, que ce soit par messagerie texte ou sur les réseaux sociaux, à Britney Spears et sa famille. Cela aurait eu un énorme impact sur la chanteuse, la plainte citant un «traumatisme psychologique important».

Selon les premiers rapports, il a également envoyé, la semaine dernière, un message texte «déjanté» à la mère de la chanteuse, Lynne, lui demandant de s’investir plus dans les affaires de sa fille. Il suggérait que sa fille était dans une spirale hors de contrôle après son séjour en centre de soins.

«Tu es celle qui t’es pliée en quatre pour tes enfants toute ta vie et, malgré cela, tu dois répondre à des gens qui n’ont rien fait pour ta famille et qui en ont la charge. Tu dois empêcher ces gens de te maltraiter», aurait-il écrit. Concours de circonstances ou pas, Lynne Spears a depuis déposé un dossier pour être incluse dans le dossier concernant la tutelle de sa fille.

Sam Lutfi a été le gérant de Britney Spears au moment où elle a fait un burn-out ultra médiatisé il y a dix ans. À l’époque, la famille de l’interprète de «Toxic» et la chanteuse elle-même avaient fait appel à la justice pour le maintenir à distance. De son côté, Sam Lutfi avait porté plainte contre Lynne Spears qu’il accusait de contribuer au mal-être de la chanteuse. Les deux parties étaient parvenues à un accord qui n’avait pas été divulgué.

Ces dernières semaines, alors que l’ancienne vedette de Disney se faisait soigner pour des problèmes psychologiques dans un centre, plusieurs rumeurs affirmaient qu’elle était hospitalisée contre son gré et qu’elle n’était pas maîtresse de ses choix. Des admirateurs avaient même manifesté à Hollywood pour demander la « libération » de leur idole et cette dernière avait dû intervenir pour mettre fin aux bruits de couloir. Elle avait alors accusé son ancien gérant, Sam Lutfi, d’être derrière ces rumeurs et d’utiliser un faux compte courriel pour propager ces allégations en se faisant passer pour elle et son équipe.

Britney Spears est sous la tutelle de son père, Jamie, depuis son épuisement. Un rôle qu’il se partageait jusqu’en mars dernier avec l’avocat Andrew Wallet qui a demandé à être démis de ses fonctions pour prendre sa retraite, laissant le père de la chanteuse seul tuteur légal alors qu’il est hospitalisé suite à une perforation du côlon. Une audience sur l'état de la tutelle de Britney Spears doit avoir lieu ce mois-ci.

Dans la même catégorie