/news/politics

Les signes religieux comparés à la cigarette de Lucky Luke

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Si la clope de Lucky Luke a été remplacée par une brindille dans les bandes dessinées pour ne pas inciter les enfants au tabagisme, la professeure Nadia El-Mabrouk croit fermement que les signes religieux n’ont pas leur place dans les classes des écoles.

«Si on considère que la cigarette de Lucky Luke transmet un message aux enfants, moi je ne comprends pas comment on ne peut pas comprendre que des signes religieux transmettent des messages», a-t-elle lancé mercredi aux parlementaires lors des consultations sur le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.

Selon la professeure de l’Université de Montréal, les enseignants qui affichent leurs convictions religieuses ne veulent pas nécessairement «endoctriner les élèves, mais c’est un conditionnement. On fait passer un message à travers ça», a-t-elle insisté.

Mme El-Mabrouk estime que le message envoyé est d’autant plus fort chez les enfants de confession musulmane.

Elle ajoute que le voile islamique est «un double problème» dans les écoles, puisqu’il contrevient à la fois au principe de laïcité et à l’égalité entre les hommes et les femmes.

«Une petite fille qui n’a pas envie de porter le voile, chez elle on lui dit qu’une fille bien porte le voile, on la conditionne pour ne pas aller à la piscine comme son petit frère. À l’école, comment cette petite fille va-t-elle pouvoir se confier auprès de son enseignante qui est normalement une personne de première ligne si elle est voilée, si elle transmet le message que la femme musulmane est voilée?»