/news/currentevents

Alcool au volant: près de 4 fois la limite permise pour un récidiviste

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec 

Un homme de Thetford Mines a été arrêté, mardi, après que des citoyens aient signalé sa conduite erratique et dangereuse. Intercepté par les policiers, l’homme a soufflé près de quatre fois la limite permise d’alcool dans le sang.

Tony Grégoire, 30 ans, a été intercepté par les agents de la Sûreté municipale de Thetford Mines dans le secteur de la rue Caouette Est. Ce sont des passants qui avaient avisé les autorités de la conduite erratique de l’homme, qui circulait en sens inverse, sur le trottoir. 

«Lorsqu’ils ont arrêté le suspect, les policiers ont remarqué des signes évidents de capacités affaiblies par l’alcool», relate le porte-parole de la police, Yves Simoneau. 

Les échantillons d’haleine recueillis ont indiqué des taux «non loin du quadruple de la limite légale» précise l’agent. 

Détenu pour le moment

Détenu jusqu’à mercredi, Grégoire a comparu au palais de Justice de Thetford Mines pour répondre à des chefs d’accusation de conduite avec les facultés affaiblies, conduite avec plus de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang et de conduite dangereuse. 

Les policiers ayant saisi 28 grammes de cannabis illégal dans la voiture, l’homme a aussi été accusé de possession de drogue. Il demeure détenu jusqu’à son retour en cour le 13 mai prochain. 

En plus des accusations, le suspect a aussi reçu une amende de 2250$ pour avoir conduit un véhicule alors que son permis de conduire faisait l’objet d’une sanction. 

Récidiviste

Il s’agissait d’une deuxième arrestation pour alcool au volant pour Tony Grégoire, qui s’était déjà fait épingler en février. Il avait alors été intercepté pour les agents en raison d’un tuyau d’échappement bruyant avant d’être arrêté en raison des signes d’intoxication qu’il démontrait. Il avait alors dans le sang le double de la limite permise. 

Une amende de 2500$ lui avait aussi été remise puisqu’il n’était pas détenteur d’un permis de conduire valide à ce moment. 

Ces deux histoires ne sont pas les seuls ennuis de Tony Grégoire avec la justice puisqu’il a été accusé en avril d’avoir fabriqué un faux document. L’homme aurait falsifié une prescription médicale d’un analgésique pour en augmenter la dose. L’événement s’était produit en novembre 2018.