/regional/troisrivieres/mauricie

Consommer jusqu’à la mort

TVA Nouvelles

La crise des opioïdes continue de faire des ravages au pays alors que plus de 10 000 personnes sont mortes depuis 2016 après avoir consommer selon l'Agence de la santé publique du Canada.

TVA Nouvelles est allé d’un père de famille qui a perdu son fils, mort l’an dernier après avoir consommé du fentanyl.

Le docteur Francis Pelletier donne depuis des conférences devant des toxicomanes en thérapie.

«C'est le meilleur moyen que j'ai trouvé pour soulager l'indescriptible blessure causée par la mort de mon fils, redonner au suivant», explique-t-il.

«Je suis un soignant dans ce que je fais dans mon bureau de médecin, mais je soigne encore plus de monde avec les images et les mots.»

En deux ans, à Trois-Rivières, trois personnes seraient décédées d'une overdose reliée aux opioïdes, dont le fils du docteur Pelletier.

Les effets sont dévastateurs. Martine et France, qui tentent de vaincre leurs démons, craignent l'heure de la sortie, une fois la thérapie complétée.

«J'ai été chanceuse de m'en sortir aujourd'hui. Et je reprends ma vie en main. Ce n’est pas un combat qui va s'arrêter juste après qu'on sera sorties ici. Ca va être le combat d'une vie complète!», précise l’une d’entre elle.

«C'est une réalité qui se rapproche de nous, pas dans les mêmes proportions (que dans le reste du Canada, NDLR), mais qui assurément commence à faire de plus en plus de victimes. Pas nécessairement des décès, mais beaucoup de surdoses par contamination croisée des substances», fait savoir la directrice générale de la Maison Carignan, Valérie Piché

Même si le Québec semble pour l'instant épargné par la crise, depuis deux ans, la naloxone, un médicament qui inverse temporairement les effets d'une surdose d'opioides, est accessible gratuitement dans les pharmacies.