/regional/montreal/laurentides

Le maire de Saint-Jérôme accusé de manœuvres électorales frauduleuses

TVA Nouvelles 

Stéphane Sinclair

Le directeur général des élections a déposé deux constats d’infraction contre le maire de Saint-Jérôme Stéphane Maher en lien avec des manœuvres électorales frauduleuses qui auraient été commises lors de la campagne électorale municipale de 2017.

À deux reprises, le maire aurait tenté d’«influencer une personne au regard de sa candidature».

Stéphane Maher a 30 jours pour décider s’il plaidera non coupable. Si c’est le cas, sa cause pourra être entendue à la Cour du Québec.

S’il est reconnu coupable, il s’exposera à des amendes, en plus de perdre son droit de vote, son droit de se présenter et celui de participer à des activités électorales, et ce, durant cinq ans. Il serait donc dans l'impossibilité de remplir ses fonctions à l'hôtel de ville.

Selon les informations du Journal, les deux plaignants dans cette affaire sont d’anciens conseillers du parti du maire Maher, Vision Saint-Jérôme. Au cours des derniers mois, Mario Fauteux et André Marion ont tous deux accusé publiquement le maire de leur avoir offert un emploi à la Ville s’ils acceptaient de quitter le parti, à la veille de la dernière élection municipale de 2017.