/news/law

Coupable d’avoir fraudé un CPE pour près de 200 000$

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Legal law concept image gavel  screen display

Paul - stock.adobe.com

Une ancienne employée de CPE, qui a détourné près de 200 000 $ de la garderie où elle travaillait, a finalement plaidé coupable de fraude, mais elle pourrait éviter la prison.

«Nous sommes en train de discuter d’une suggestion commune, avec des travaux communautaires et des conditions», a expliqué l’avocate de la défense Rose-Marie­­­ Picard vendredi, alors que sa cliente Mélanie Lessard plaidait coupable au palais de justice de Montréal.

Lessard, 34 ans, était employée au CPE Carcajou, dans l’est de Montréal, en 2008, quand elle a commencé sa fraude qui s’est étalée sur trois ans.

C’est qu’à titre d’assistante administrative, elle avait accès aux comptes du CPE afin de s’occuper des payes et de l’achat de fournitures. Et elle en a largement profité.

«Elle a établi un système de fausse facturation lui permettant de transférer électroniquement des fonds appartenant au CPE à son propre compte bancaire», indique un résumé conjoint des faits.

69 transactions

Lessard a fait pas moins de 69 transactions frauduleuses avant de se faire pincer et d’être congédiée en juillet 2012.

Si Lessard a pu profiter de la rondelette somme pendant trois ans, ses problèmes ont commencé quand elle s’est fait pincer.

Dès 2012, la femme s’est fait congédier. Elle a ensuite été poursuivie au civil, afin qu’elle rembourse les sommes volées.

«Elle a signé une entente de remboursement et depuis, elle a déjà versé 44 000 $», a indiqué l’avocate de la défense.

Le dossier civil indique que la femme s’était engagée à tenter d’obtenir une marge de crédit, en plus de vendre son véhicule Toyota Rav4 Sport et verser la moitié du montant au CPE.

Sauf qu’elle croyait qu’en acceptant de rembourser, elle ne risquait plus d’être poursuivie au criminel.

L’enquête policière a toutefois continué, et des accusations ont été déposées en 2015.

Mère de famille

La mère de famille devait subir son procès ce jeudi, mais elle a plutôt coupé court au processus en reconnaissant sa culpabilité.

«Elle est consciente de la gravité [de la situation]», a assuré son avocate en expliquant qu’un portrait de la femme devrait être présenté à la prochaine audience.

Lessard reviendra à la cour en juillet afin de recevoir sa sentence, si la défense et le procureur de la Couronne Jean-Christofe Ardeneus en arrivent à une suggestion commune.