/news/currentevents

La retraite paisible du «roi de la cocaïne»

Éric Thibault | Journal de Montréal

Le caïd Raymond Desfossés semble s’être beaucoup assagi depuis qu’il a été condamné pour avoir commandé des meurtres au tueur à gages Gérald Gallant.

Le redoutable gangster de 68 ans, que les policiers québécois avaient surnommé « le roi de la cocaïne », s’est mérité des éloges de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) et du service correctionnel fédéral pour sa bonne conduite, plus tôt cette semaine.

La CLCC a donc décidé d’assouplir ou de retirer certaines conditions qu’elle avait imposées à l’ex-leader du gang de l’ouest lorsqu’elle lui avait permis de retourner vivre chez lui, en janvier 2018.

À ce moment, l’ancien carrossier avait purgé la majeure partie d’une peine totalisant 18 ans et demi d’incarcération pour avoir comploté pour commettre des meurtres ainsi que l’importation de cocaïne.

Progrès et respect

Dans sa décision rendue mardi et dont Le Journal a reçu copie, les autorités soulignent les « progrès », « l’attitude adéquate », la « stabilité » et le « respect des règles » que le caïd de Trois-Rivières a démontrés depuis qu’il a quitté le pénitencier.

En guise de récompense, Desfossés a eu la permission d’aller faire des achats à la Société des alcools du Québec (SAQ) pour la première fois depuis sa libération d’office.

Il pourra aussi se déplacer dans un rayon de 50 km de son domicile et aura une heure de plus pour sortir le soir, puisque le couvre-feu qu’il doit respecter commencera dorénavant à 23 h.

On interdit toujours au sexagénaire de fréquenter des individus criminalisés et de sortir dans des bars.

Sa peine viendra à échéance en 2023.

Retraite du milieu

Avant sa libération, Desfossés disait vouloir se retirer du monde interlope pour vivre des jours tranquilles avec sa famille.

Il avait été dénoncé à la Sûreté du Québec en 2006 par celui qui l’appelait « le boss », Gérald Gallant.

Devenu délateur, ce dernier jurait qu’entre 1980 et 2001, Desfossés lui avait commandé six des 28 meurtres qu’il a confessés aux policiers.

Le délateur disait aussi que Desfossés lui a offert 250 000 $ pour tenter d’éliminer l’ex-chef des Hells Angels, Maurice « Mom » Boucher, durant la guerre des motards.

Desfossés faisait alors équipe avec les Rock Machine, à la fin des années 90.

Considéré comme l’un des narcotrafiquants québécois ayant le plus de contacts dans le crime organisé à l’étranger, Desfossés avait aussi été condamné pour avoir comploté l’importation de 750 kg de cocaïne.

 

Dans la même catégorie