/finance/homepage

Le taux de chômage au Québec à 4,9% en avril

Chef in restaurant kitchen ,doing flambe on food

hxdyl - stock.adobe.com

Le taux de chômage au Québec s’est établi à 4,9 % en avril, soit le niveau le plus bas depuis 1976, année où Statistique Canada a commencé à compiler des données à ce sujet. Au Canada, il est de 5,7 %.

Après s’être établi à 5,2 % en mars, en légère baisse par rapport à février (5,3 %), le taux de chômage a continué sa tendance baissière en atteignant 4,9 %, un creux historique.

Par ailleurs, selon Statistique Canada, l'emploi a progressé de 38 000 en avril au Québec, essentiellement en raison de la création d’emplois à temps plein (environ 27 000).

L’économiste Hélène Bégin du Mouvement Desjardins a souligné dans une note qu’il s’agit de «la plus forte hausse depuis décembre 2002».

«Il est d’ailleurs étonnant que l’embauche de nouveaux travailleurs soit si importante étant donné le manque de disponibilité de main-d’œuvre», a-t-elle ajouté, tout en indiquant qu’il ne fallait pas «s’attendre à ce que la création d’emplois soit aussi forte au cours des prochains mois».

Hélène Bégin estime que «la faiblesse du taux de chômage confirme une fois de plus que le bassin de travailleurs disponibles ne cesse de rétrécir au Québec».

«Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi dans la province a progressé de 75 000 (+1,8 %), la totalité de la hausse s'étant produite depuis octobre 2018», a ajouté l’agence fédérale.

Hausse des salaires

Pour sa part, l’Institut du Québec note que «la qualité des emplois au Québec est encore en légère baisse sur un an, mais elle poursuit sa remontée pour se rapprocher de son niveau d’il y a un an».

En outre, le «resserrement du marché du travail semble enfin se traduire par une hausse des salaires», précise-t-on.

Au pays, l'emploi a progressé de 107 000 en avril, notamment chez les jeunes. «Le taux de chômage a reculé de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 5,7 % à la suite d'une augmentation du nombre de personnes actives sur le marché du travail», a fait savoir Statistique Canada.

La hausse de l'emploi s'est faite chez les jeunes de 15 à 24 ans, les personnes de 55 ans et plus et les femmes du principal groupe d'âge actif de 25 à 54 ans. En outre, le nombre d'employés a augmenté tant dans le secteur privé que dans le secteur public, alors que le nombre de travailleurs autonomes était inchangé.

Sur un an, l'emploi a augmenté de 426 000 (+2,3 %) à cause de la création d’emplois aussi bien à temps plein (+248 000) qu’à temps partiel (+179 000).

Outre le Québec, l'emploi a progressé en Ontario, en Alberta et à l'Île-du-Prince-Édouard, alors qu'il a reculé au Nouveau-Brunswick.

Dans son analyse, l’économiste Benoit P. Durocher est d’avis que «les risques d’accentuation des pressions inflationnistes demeurent donc sous contrôle» et soutient que «la vive progression de l’emploi est une bonne nouvelle pour l’évolution future de l’économie canadienne».