/news/culture

«Star Wars épisode 1: La menace fantôme»: 20 ans déjà!

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

 - Agence QMI

Le 19 mai 1999, soit presque 16 ans après «Le retour du Jedi», les cinéphiles se pressent dans les salles obscures pour découvrir le tout nouvel opus de la saga «Star Wars» de George Lucas. Au générique de l'aventure intergalactique de «Le menace fantôme» qui se déroule 32 ans avant le premier film, on retrouve Liam Neeson, Ewan McGregor et Natalie Portman. Afin de fêter dignement cet anniversaire, voici 20 faits sur ce film aux 1,02 milliard $ de recettes.

1) Si George Lucas a finalement décidé d’aller de l’avant avec cet antépisode, c’est qu’il estimait que les techniques d’effets spéciaux lui permettaient enfin de mettre sa vision sur celluloïd (oui, seules deux scènes ont été tournées avec des caméras numériques). Dans un premier temps, il a demandé à Ron Howard, puis à Robert Zemeckis et enfin à Steven Spielberg, de réaliser «La menace fantôme».

2) Le réalisateur a commencé à écrire le scénario le 1er novembre 1994 et a vite réalisé qu’il lui faudrait découper le tout en une nouvelle trilogie.

 

3) Les premiers brouillons ne contenaient pas le personnage de Qui-Gon Jinn.

4) Morgan Freeman, Kurt Russell, Tom Hanks et Denzel Washington ont été approchés pour le rôle de Qui-Gon Jinn, qui est finalement allé à Liam Neeson.

5) Benicio Del Toro avait accepté d’incarner Dark Maul. C’est après que George Lucas ait décidé de considérablement remanier le scénario et de couper la majeure partie de ses dialogues qu’il s’est désisté. Le rôle a finalement été défendu par Ray Park, qui prononce trois répliques!

6) Le nom de Jar Jar Binks a été inventé par le fils de George Lucas. Ce personnage particulièrement détesté des amateurs de «Star Wars» a été doublé, chez nous, par Sébastien Dhavernas!

 

7) Comme pour le premier «Star Wars», George Lucas n’a pas touché de salaire de réalisateur. En accord avec les studios 20th Century Fox, il a obtenu la propriété du négatif du long métrage ainsi que les droits de tous les produits dérivés.

8) Le terme «Padme» signifie «lotus» en sanskrit. Et «Yoda» est un dérivé du mot sanskrit désignant un guerrier.

9) Liam Neeson a accepté son rôle sans même lire le scénario!

10) Malgré le fait que ses parents aient tenté de la décourager, Keira Knightley a passé les auditions pour le rôle de la fausse Amidala parce qu’elle était une amatrice de «Star Wars».

 

11) Lors d’une visite du plateau, Sharman Macdonald, la mère de Keira Knightley, a eu du mal à différencier sa fille de Natalie Portman, tant les deux jeunes filles se ressemblaient une fois vêtues et maquillées en Amidala.

12) Quel objet a servi à construire le communicateur de Qui-Gon Jinn? Un rasoir pour femmes Gillette Sensor Excel!

13) Une seule scène de «Star Wars épisode 1: La menace fantôme» ne comporte aucun effet spécial. Il s’agit du moment où du gaz toxique est déversé sur les Jedi.

14) La première convention Star Wars Celebration s’est tenue en mai 1999 à Denver, au Colorado, ville du premier «fan-club» officiel, afin de fêter la sortie du long métrage.

15) En regardant attentivement les vaisseaux autour de Coruscant, on peut apercevoir l’USS Enterprise de «Star Trek: La nouvelle génération»!

 

16) Puisque Steven Spielberg avait caché un Yoda dans son «E.T. l’extraterrestre», George Lucas a décidé d’inclure des «E.T.» dans l’une des scènes du Sénat galactique.

17) La première bande-annonce de «La menace fantôme» a été présentée en salle en ouverture de «Rencontre avec Joe Black». Les propriétaires de salles de cinéma ont ensuite rapporté que 70 % des acheteurs de billets pour ce film avaient quitté la salle après la bande-annonce!

18) Jake Lloyd, le jeune interprète d’Anakin Skywalker, s’est tellement fait intimider à l’école en raison de son rôle qu’il a renoncé à toute carrière en cinéma.

19) On estime que 2,2 millions d’employés à temps plein aux États-Unis ont pris une journée maladie pour aller voir le film!

20) Ce long métrage est le premier de la saga «Star Wars» à ne pas avoir gagné l’Oscar des meilleurs effets visuels. Les membres de l’Académie lui ont préféré «La matrice».

Dans la même catégorie