/news/currentevents

Une gardienne de Québec arrêtée pour avoir laissé des enfants sans surveillance

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Une éducatrice de 44 ans a été arrêtée par les policiers de Québec, vendredi, pour avoir présumément laissé sans surveillance des enfants en bas âge, dans le secteur de Charlesbourg.

C’est la mère de l’un des enfants qui a contacté les services d’urgence vers 11 h, ne voyant aucun signe d’une personne responsable dans la propriété du 1161, avenue du Nivernais, malgré la présence de bambins à l’intérieur.

La plaignante allait justement porter son enfant dans cette garderie en milieu familial. « Les policiers se sont rendus sur place et ont constaté que la gardienne n’était pas présente », explique Sandra Dion, porte-parole au SPVQ.

 

Six enfants, âgés entre deux à quatre ans, se trouvaient à l’intérieur, de même qu’un homme âgé de 19 ans. Celui-ci « ne surveillait pas les enfants », ajoute toutefois Mme Dion.

Les bambins se portaient bien. Quant à l’homme présent, la police n’a pas voulu dire s’il a un lien de parenté avec la gardienne, comme l’ont avancé au Journal des voisins.

Libérée

Quelques minutes plus tard, la gardienne s’est rendue sur les lieux. Elle a offert sa collaboration aux policiers, qui l’ont placée en état d’arrestation pour « abandon d’enfants » en vertu de l’article 214 du Code criminel.

Elle a été rencontrée par des enquêteurs de la section des crimes majeurs, avant d’être libérée en fin d’après-midi.

Les policiers soumettront éventuellement le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui décidera ensuite si des accusations seront portées contre la femme.

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a également été informée des événements.

Le SPVQ s’est chargé de contacter les parents de chacun des enfants. Ses agents sont demeurés sur place pendant plus de deux heures pour prendre soin des jeunes pensionnaires en attendant qu’on vienne les chercher.

« Sans mots »

« Je suis sans mots », a lancé au Journal un père en allant récupérer sa fillette de trois ans. « Je suis vraiment surpris, parce que ce n’est pas son style, a dit l’homme, en faisant référence à la gardienne arrêtée. Il va falloir qu’on se parle, parce qu’on avait bien gros confiance en elle. Ça fait cinq ans qu’ils s’occupent de nos deux enfants. »

« Ils nous ont tout le temps donné un super de bon service. Ce sont des gens en or. Je ne comprends pas ce qui est arrivé », a-t-il ajouté.

À son grand soulagement, sa petite fille ne semble pas avoir souffert des événements. « Elle faisait la sieste dans les bras des policiers. Ils ont fait un super travail », a-t-il souligné.

Le SPVQ, qui enquête sur les faits, n’a pas voulu révéler combien de temps la gardienne se serait absentée ni pour quelle raison.

Au Code criminel, l’infraction d’abandon est décrite comme étant « l’omission volontaire, par une personne légalement tenue de le faire, de prendre soin d’un enfant ».

— Avec la collaboration d’Arnaud Koenig-Soutière