/news/law

L’État veut confisquer 86 000 $ d’argent sale

Éric Thibault | Journal de Montréal

L’ex-dirigeant d’un club de golf de la région de Lanaudière qui aurait frayé avec des producteurs de méthamphétamine se retrouve dans la mire de la procureure générale du Québec.

L’État vient d’intenter des recours judiciaires visant à confisquer une somme de 86 040 $ en argent comptant que la Sûreté du Québec a saisie au domicile de Tommy Loyer lors d’une opération antidrogue menée l’an dernier.

L’opération baptisée Pénombre avait permis à la SQ de réaliser une saisie record de 1 617 500 comprimés de méthamphétamine et de quatre presses hydrauliques servant à produire des doses de drogues synthétiques dans un garage situé à Chertsey, le 28 mai 2018.

La frappe policière avait donné lieu à d’autres perquisitions, notamment au club de golf de Sainte-Béatrix et à la résidence de celui qui en était alors le président, Tommy Loyer, située sur le 1er rang à Saint-Félix-de-Valois.

78 000 $ dans sa chambre

Les policiers avaient saisi 78 040 $ dans deux sacs de plastique de type « food saver » cachés dans un « appui-pied » qui se trouvait à l’intérieur de la chambre principale du défendeur. Ils ont également trouvé une liasse de 8000 $, soit 400 billets de 20 $, dissimulés dans une armoire de cuisine.

Tommy Loyer, 32 ans, n’a cependant jamais été accusé à la suite de cette enquête qui s’était soldée par cinq arrestations.

« Le défendeur est impliqué dans l’organisation, notamment dans la gestion et la récupération de sommes d’argent », allègue la partie demanderesse dans sa requête intentée devant la Cour supérieure au palais de justice de Joliette.

Produits du crime

La procureure générale considère que l’argent saisi au domicile de M. Loyer provient « des produits ou d’activités illégales » en lien avec les stupéfiants.

Dans sa requête en confiscation civile, elle ajoute que le défendeur « a notamment des antécédents de production de cannabis, possession de cannabis en vue d’en faire le trafic, de possession d’une arme à feu prohibée, de possession de cocaïne et de recel ».

Selon le Registraire des entreprises du Québec, Tommy Loyer a quitté la présidence du club de golf de Sainte-Béatrix le jour même où la SQ a effectué une perquisition chez lui.

Dans la même catégorie