/regional/montreal/laval

Des sinistrés se sentent abandonnés par la Ville de Laval

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Trois longues semaines se sont écoulées depuis le début des inondations et l’eau de la rivière des Mille Îles, mêlée aux pluies abondantes des dernières heures, tarde à se retirer des rues d’un quartier de Laval-Ouest.

Les sinistrés de ce secteur, 37 familles au total, se sont baptisés «les mal-aimés de Laval», une façon d’exprimer leur mécontentement envers les autorités municipales.

Une imposante digue a été érigée sur la 20e rue. D’un côté, un quartier protégé, de l’autre, un quartier sacrifié, aux dires des plaignants. Ces derniers estiment que la Ville aurait également dû ériger une digue sur la rue Riviera, qui longe le cours d’eau.

«Le mur a été construit pour protéger une partie du quartier, mais le reste est laissé pour compte», déplore une citoyenne. «Ils ont agi beaucoup trop tard. La Ville, au début, on a cru qu’ils étaient proactifs parce qu’ils ont déposé des sacs de sable chez nous. Mais à 66 lb chaque sac de sable, ce n’est pas tout le monde qui est capable de déplacer ça. Quand on a vu les choses dégénérer et que la Ville ne faisait rien, sans avoir de nouvelles, sans avoir été informée, la digue a été construite.»

C’est à ce moment qu’elle a contacté sa députée, qui l’a référée à son conseiller municipal, qui a pu répondre à ses questions.

La Ville, qui se dit sensible aux doléances des citoyens, est encore convaincue aujourd’hui que cette digue a été établie au meilleur endroit stratégique. On demande encore aux sinistrés quelques jours de patience, puisqu’on entre dans une période de décrue et que la situation devrait s’améliorer rapidement.

Les 25 et 26 mai, il y aura une grande corvée pour aider les sinistrés.

 

Dans la même catégorie