/regional/montreal/laurentides

Inondés même s’ils habitent en zone non inondable

TVA Nouvelles

Plus de deux semaines après la rupture de la digue, des citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac encaissent toujours péniblement le fait de voir leur maison ravagée, d’autant plus que certains d’entre eux ont été frappés de plein fouet même s’ils ne résident pas en zone déclarée comme inondable.

C’est le cas de Shirley Finney et de son conjoint Luc, qui résident sur la 35e Avenue, dans une maison qu’ils ont acquise en 2012. Avant l’achat, le couple avait bien vérifié le certificat de localisation pour s’assurer que la maison ne se trouvait pas en zone inondable. TVA Nouvelles a d’ailleurs constaté que c’était bien écrit noir sur blanc.

Mme Feeney, qui a investi sept années de sa vie dans l’aménagement du sous-sol, a tout perdu à cause des refoulements et les pertes sont évaluées à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

«La frustration... On a travaillé pendant des années dans cette maison-là pour l’arranger. On a perdu la moitié de notre vie. Jamais je n’aurais acheté une maison dans une zone inondable», insiste-t-elle pour dire.

L’annonce de la reconstruction de la digue n’a rien pour la rassurer non plus. «Des experts universitaires disent que le lac [des Deux Montagnes], avec les années, va reprendre sa place», rapporte-t-elle.

Par ailleurs, elle et son conjoint vivent mal avec le fait qu’un banal bulletin météo les rend désormais stressés. «Vous savez, il y a deux ou trois jours, ils ont annoncé beaucoup de pluie. C’est pas vraiment agréable d’être anxieux dès qu’on se lève, quand on voit de la pluie», a confié la dame.

Shirley Feeney confirme qu’elle s’est greffée à l’action collective déposée vendredi par un autre citoyen contre la municipalité. Elle craint maintenant une perte considérable de la valeur de sa propriété.

- D'après les informations de Yves Poirier

Dans la même catégorie