/buzz

Danser la claquette à 80 ans!

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Être en forme à 80 ans, c'est une chose. L'être suffisamment pour danser la claquette en est une autre. C'est le cas d'une troupe de Shawinigan qui pourrait faire la leçon à bien des jeunes.

«J'ai toujours tripé là-dessus depuis que je suis toute petite quand je voyais Fred Astaire», lance Lise Matteau, danseuse de 75 ans. «J'ai dit : un jour je vais le faire.»

Lise Vaugeois a 80 ans. Quand elle a commencé, danser était une façon de se sauver des enfants et de la maison. «Je prenais des stages de danse à Montréal. Pendant ce temps, c'est mon mari qui gardait. J'avais tu hâte d'aller danser tu penses?»

La plus jeune du groupe a 64 ans, la plus vieille en a 80! Le professeur, c'est justement l'aînée, Mme Vaugeois.

«Pendant les cours, je les fais asseoir de temps en temps, 2-3 minutes pour se reposer, mais c'est moi la plus vieille. Quand je me lève, il faut qu'ils se lèvent!», lance-t-elle.

Preuve à l'appui: la claquette demande beaucoup de coordination et de mémoire. «C'est très difficile, avoue Mme Matteau. Ça demande beaucoup de cardio, beaucoup de mémoire et il faut que tes jambes soient bonnes.»

Costumes, accessoires, le groupe a le souci du détail. Ses membres font même des spectacles dans des résidences pour aînés.

«Les personnes âgées, quand ils nous regardent et que tu vois leurs pieds. C'est l'fun de les voir, affirme Lise Rousseau, la jeune de 64 ans. Tu vois qu'ils aiment ça.»

Selon elles, leur troupe serait la seule de danse à claquettes dans la région et peut-être même la plus âgée au Québec. «C'est sûr que vers 80 ans je vais commencer à diminuer parce que ça demande beaucoup d'énergie», confie Cécile Trottier, 78 ans.

En attendant, les cinq femmes profitent de chaque minute ensemble.