/news/politics

Le ministre Bonnardel propose de réaliser le tramway de Québec «par phase»

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

Coup de théâtre : après le «plan B» évoqué jeudi dernier par François Legault, le ministre des Transports, François Bonnardel, propose de réaliser le projet de tramway à Québec «par phase», en allant chercher les 800 M$ fédéraux manquants... dans quatre ans.

«On va fonctionner par phase. Ce qu’on dit à Québec en réalité : c’est avançons», a résumé le ministre Bonnardel, sur les ondes de LCN.

Le ministre des Transports se dit même prêt à «déposer, dans les prochaines semaines», un «projet de loi sur le réseau structurant» qui permettra de donner les «pouvoirs» nécessaires à la Ville de Québec pour qu’elle puisse réaliser pleinement son projet.

Autrement dit, M. Bonnardel suggère à la Ville de Québec d’entreprendre la réalisation de projet de tramway avec la somme de 2,2 G$ qui est déjà sur la table. Le gouvernement Legault a déjà assuré sa participation à hauteur de 1,8 G$. Une somme fédérale de 400 M$ est aussi disponible dans le volet «transport en commun» d’une entente bilatérale.

Quatre ans pour boucler le financement

Quant aux 800 M$ qui manquent pour compléter la somme de 3 G$ requise pour compléter le projet, M. Bonnardel propose de patienter encore quatre ans.

«C’est une des options qu’on va mettre de l’avant pour boucler le (financement du) réseau structurant», a expliqué le ministre Bonnardel, lors d’une mêlée de presse.

Depuis le début de la chicane fédérale–provinciale sur le financement du tramway, le gouvernement Legault déplore que l’entente de distribution de l’argent disponible à Ottawa pour le transport en commun soit basée sur l’achalandage.

Cette méthode fait en sorte que la Ville de Québec a droit à seulement 400 M$, alors que Montréal récolte la part du lion.

Sauf que la même entente signée par les gouvernements Couillard et Trudeau en juin 2018 prévoit la possibilité de «faire des ajustements dans les allocations du volet transport en commun après 5 ans».

«Quand la clause (d’achalandage) sera levée, dans quatre ans, on va prendre le reste de cet argent (les 800 M$ manquants) dans l’enveloppe complète pour être capable de financer le projet (de tramway de Québec)», a expliqué M. Bonnardel.

Montréal privée de 800 M$

Si le gouvernement Legault revoit la méthode de calcul de cette enveloppe, Montréal se verra donc privée d’une somme de 800 M$ qu’elle aurait autrement pu toucher.

Or, «il n’y a pas 3,7 G$ de projets présentement à la métropole», selon le ministre des Transports. «La mairesse est au fait», a-t-il indiqué.

De son côté, le cabinet du maire de Québec a choisi d'attendre la confirmation officielle du gouvernement avant de commenter.

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin

Dans la même catégorie