/regional/sherbrooke/estrie

Trop de comités à la Ville de Sherbrooke, conclut une étude

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Il y a trop de comités à la Ville de Sherbrooke, a conclu l'ex-conseiller municipal Bernard Tanguay dans le cadre d'une étude sur la rémunération des élus sherbrookois.

Depuis les fusions et la création de la grande ville de Sherbrooke, en 2002, c'était la première fois que le mode de rémunération des élus fait l'objet d'une étude. Dans son rapport, Me Bernard Tanguay conclut que le salaire du maire est approprié. En 2018, Steve Lussier a gagné exactement le même salaire que la mairesse de Saguenay, soit 144 725 $, en plus d'une allocation de dépenses de 16 595 $. Les deux villes comptent un nombre d'habitants similaire.

La rémunération des conseillers et conseillères municipales de Sherbrooke est aussi semblable aux villes comparables (salaire de 33 714 $ + allocation de dépenses de 16 595 $). Par contre, ce salaire n’inclut pas les primes pour les responsabilités supplémentaires.

La Ville de Sherbrooke compte 12 comités discrétionnaires, c'est-à-dire facultatifs comme ceux des Sports, de la Culture, du Patrimoine et des Tags et Graffitis. «Il y a en trop, juge Bernard Tanguay. Il va falloir faire le ménage là-dedans. C'est certain qu'il va falloir garder des comités, mais il y en a probablement trop.»

L'allocation pour la présidence de ces 12 comités varie de 6 500 $ à 10 000 $ annuellement. Bernard Tanguay suggère d'abolir ces cachets et d'augmenter le salaire de tous les conseillers municipaux à l'équivalent de 30 % du salaire du maire.

«Je ne suis pas de cette école-là, a commenté le conseiller Vincent Boutin, qui préside deux comités discrétionnaires. Donner le même salaire à chacun des élus, ça ne rend pas justice à la charge de travail reliée à la présidence de ces comités, sans dénigrer les autres personnes. Je suis cependant d'accord qu'il y a trop de comités.»

Le maire Steve Lussier a refusé de commenter le dossier lundi et il ne le fera pas avant la prochaine séance du conseil municipal, qui se tiendra le mardi 21 mai.

L'auteur du rapport propose aussi un ajustement du salaire des élus pour compenser la perte causée par l'imposition nouvelle de leur allocation de dépenses. Par la suite, il suggère une indexation annuelle basée sur l'Indice du prix à la consommation (IPC).