/news/society

Après sa dépression, elle va courir 26 marathons en 26 jours

TVA Nouvelles

Jessica Lange a su que ça n’allait vraiment pas le jour où son conjoint lui a posé cette question toute simple: «M’aimes-tu?». Et qu’elle n’a pu lui répondre. «J’ai été surprise de ne pas être capable de répondre à cette question-là. Et pourtant, je l’aimais toujours, je l’aime toujours. Mais à ce moment-là, je n’ai pas été capable de lui répondre. Pourquoi? Et bien, ce serait peut-être une autre conversation.»

En 2016, à l’âge de 37 ans, la mère de trois enfants a fait une grosse dépression, qui s’est installée petit à petit dans son existence, a-t-elle confié à l’émission de Denis Lévesque. Le métro-boulot-dodo avait fait son œuvre, croit-elle, en détaillant les longs trajets en voiture qu’imposaient alors le travail et les activités familiales.

 

«Je ne m’en étais même pas aperçue. Au fur et à mesure, je m’étais beaucoup refermée sur moi-même, relate-t-elle. Je ne discutais plus vraiment avec mes collègues ni même avec ma propre famille. J’avais arrêté toute activité physique, je me sentais très fatiguée.»

Et après cet épisode de la question sans réponse, le conjoint de Mme Lange a suggéré que le couple prenne une pause, voire se sépare. «Ç’a vraiment été le coup de fouet», se souvient-elle.

Son médecin lui a confirmé qu’elle souffrait d’une dépression et lui a prescrit des médicaments et... une marche de 30 minutes par jour!

 

«Au début, ça me paraissait assez facile, mais pas du tout! Le lendemain, je n’ai même pas réussi, j’ai fait seulement 10 minutes. Ça a été un vrai supplice...»

Celle qui avait déjà couru par le passé de «courtes distances» de 5 et 10 kilomètres a progressé tranquillement, puis a décidé de se remettre à la course à pied en suivant un programme progressif. Jusqu’à ne plus aimer que courir de longues distances.

«J’ai habitué mon corps à courir un petit plus chaque jour... pour aller jusqu’à courir sept fois semaine.» Et à faire quatre sorties de course par jour pour augmenter son nombre de kilomètres. À force de détermination, elle a surmonté sa dépression.

 

Or le 20 mai prochain, la femme de Québec, employée au sein de l’administration publique à Québec, va relever le défi de courir 26 marathons en 26 jours de Québec à Halifax, puis de Paris à Chartres, en France.

Là-bas, elle va y retrouver son frère, qui souffre de schizophrénie. Elle compte amasser la somme de 50 000 $ pour la Fondation CERVO, qui œuvre en recherche sur le cerveau en lien avec les maladies neurologiques, mentales ou de dépression.

La marathonienne a fondé la Fondation du Grand Défi Tetrotop, dont la mission est de promouvoir une bonne santé psychologique par les bienfaits de l’activité physique.