/news/society

Élan de bonté pour sauver la maison d'un homme quadriplégique endetté

Alex Drouin | Journal de Montréal

Un homme quadriplégique de l’Estrie a pu sauver la maison qui appartient à sa famille depuis plus de 100 ans grâce à l’élan de générosité de la population.

Daniel Arguin était si endetté depuis l’accident qui l’a handicapé qu’il était menacé de perdre sa maison, car il ne pouvait plus payer l’hypothèque de plusieurs milliers de dollars.

 

La maison dans laquelle il demeure depuis 2003, rue Agnès à Lac-Mégantic abrite sa famille depuis le début des années 1900.

« Je suis la cinquième génération à y habiter et je voulais que la maison demeure dans la famille », affirme l’homme de 45 ans, qui est aujourd’hui propriétaire de la maison.

Mauvais plongeon

Le Méganticois est devenu quadriplégique à 19 ans après un mauvais plongeon dans une piscine à Old Orchard en 1993.

Comptable, il s’est retrouvé sans emploi il y a environ deux ans. C’est également en 2017 qu’il a fait deux plaies de pression qui l’ont cloué au lit, depuis.

 

« Je sors de mon lit uniquement pour me rendre à mes traitements médicaux », a-t-il précisé.

Voyant les factures s’accumuler et n’étant plus capable de vivre qu’avec sa rente d’invalidité, il a décidé de mettre sur pied un GoFundMe en décembre dernier.

Moins de stress

Au moment d’écrire ces lignes, il n’était plus qu’à 8000 $ de son objectif de 32 000 $.

« C’est vraiment beaucoup d’argent et je ne pensais pas que mon histoire pouvait toucher autant de personnes », était heureux de dire M. Arguin.

« Je croyais que c’était les compagnies riches qui donnaient de l’argent afin d’éviter de payer trop d’impôt. »

Or, il a été très surpris de voir que l’argent qu’il a accumulé au cours des derniers mois provenait d’amis et « de personnes qui avaient des liens avec son entourage ».

« Je suis contente que les gens aident mon fils, malgré son handicap, afin qu’il puisse continuer de vivre avec beaucoup moins de stress », était soulagée de dire sa mère, Mariette Vallerand, qui demeure également dans la maison centenaire pour prendre soin de lui et qui n’a pas non plus les moyens financiers de l’aider.

« Avec l’argent que j’ai reçu, je vais pouvoir rester ici », a-t-il conclu avec un large sourire.