/regional/estduquebec/basstlaurent

Le crabe difficile à trouver dans l'estuaire

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

Le crabe des neiges est moins abondant cette année dans l'estuaire du Saint-Laurent. Les pêcheurs de la zone 17 doivent redoubler d'efforts pour trouver et capturer le précieux crustacé et les impacts se font ressentir dans plusieurs secteurs.

«Les autres années le 15 mai on avait atteint notre quota, mais là il va falloir pêcher jusqu'au bout, jusqu'en juin», a lancé Olivier Doucet, capitaine du bateau de pêche «Le P'tit Doucet».

Les pêcheurs de la zone de pêche comprise entre Trois-Pistoles et la Haute-Gaspésie remarquent que la ressource est beaucoup moins abondante cette année.

«En plus, on n’a vraiment pas eu de belles conditions en début de saison», a expliqué le capitaine du bateau de pêche «Le Bicois», Marc Doucet.

Des impacts pour les amateurs de crabe

Le crabe est moins abondant que l'année dernière dans les poissonneries de la région où la variété de crabes est moins grande.

«Des fois, la qualité est moins là un peu, parce que le crabe qu'on aurait normalement laissé à l'eau, on le rapporte parce qu'on doit faire nos quotas quand même», a souligné le capitaine Marc Doucet.

Ainsi, à la poissonnerie Gagnon de Rimouski, on remarque que le crabe est plus petit.

«Quand il est plus difficile à trouver, le consommateur a moins de choix, a indiqué la copropriétaire de la poissonnerie Gagnon Sarah Landry. On s'organise pour avoir du crabe pour répondre à la demande, mais on ne peut pas toujours avoir le crabe souhaité, le gros crabe. La demande est tellement forte qu'on doit accepter le moyen et le gros.»

Moins d'heures dans les usines

Aux Pêcheries de l'Estuaire, la transformation du crabe est grandement impactée par la rareté de la ressource. «C'est sûr qu'on n’a pas fait nos chiffres de l'an passé, a expliqué Henry Clapperton, le propriétaire des Pêcheries de l'Estuaire. On est à 55 % moins de crabes de produit qu'à pareille date l'année passée.»

Les employés travaillent aussi beaucoup moins d'heures par semaine. «On a eu des semaines de 25-30 heures plutôt que 50-60 heures, mais heureusement le homard s'en vient bientôt, alors on devrait réussir à combler le manque à gagner sur une plus longue période», a ajouté M. Clapperton.

Le total admissible des captures dans la zone 17 a été établi à 2 230 tonnes en 2019, soit une diminution de 15 % par rapport à 2018. Il faut savoir que la pêche au crabe est cyclique. Après trois années avec des quotas à la hausse, cette pêche entre maintenant dans un cycle baissier.

Dans la même catégorie